Royaume d'Aurélius

De Illimune
Révision datée du 16 juillet 2019 à 14:57 par Maître Archiviste (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

-- Attention ! Cette page est un premier jet. Correction et validation en cours --

Informations générales
Forme de gouvernement Royaume féodal traditionnel.
Capitale Héodim
Dirigeant Reine Marussia de Tournaye de Penthièvres
Religion(s) Divinités de l'Ordre, sauf Galléon.
Population Environ 105 000 têtes. Humains (60%), Elfes (15%), Nains(15%), Chapardeurs(8%), Autres races de l'Ordre (2%).
Armée Organisée. 15 000 troupes de métiers.
Gentillet Un Aurélois ; une Auréloise.
Corruption Modérée. Principalement causée par la guerre et la proximité avec les forces de Chaos.


Description générale

Situation géographique

Le Royaume d'Aurélius couvre l’ouest des terres bélénoises, des provinces impériales du Yarbrield et de Varrop jusqu’au fleuve Maxence. L’Aurélius s’étend au sud sur les anciens territoires de la Confrérie Markelus et de Bran Wor’ge Quarth – terres appartenant précédemment au Conclave Impérial avant la disparition de celui-ci sous le règne de Dagoth.

L'Aurélius est bordé à l'ouest et au nord par le Saint Empire de Twyden. Cette frontière est naturellement constituée de collines reconnues sacrées par les Impériaux. Au nord-est et à l'est, le Royaume est délimité par le fleuve Maxence. Au-delà se trouvent la Cité-État d’Eseldorf, Taurë Ilfirin, le Conclave impérial et le Royaume de l’Est. Au sud, c’est une nouvelle fois l’Empire qui délimite le territoire avec la province de Varrop.

Les collines du sud du Royaume étaient autrefois disputées par les Amaï’s de Bran Wor’ge Quarth. Ceux-ci ont été chassés, mais on soupçonne leur présence dans les souterrains. Il n’est donc pas rare que les Aurélois du sud aient à combattre des menaces diffuses comme celle des Amaï’s ou celle des sbires du Conclave Impérial. La ville la plus au sud est Cendrecourt, et la ville la plus au nord est Fort Drake. La ville la plus orientale était Novanadej, située en bordure du fleuve Maxence, jusqu’à la conquête de Boursicot. C’est donc maintenant Pistaguer la ville la plus orientale.

Le milieu du Royaume est parcouru par la rivière Aurélius, la rivière dorée, qui provient de Twyden au sud-ouest et remonte vers le nord-est en encerclant la capitale, Héodim. L'Aurélius termine son chemin en se jetant dans le fleuve Maxence qui longe Plessis-bourré avant de traverser le Yarbrield. Bordé de collines à l'est, au nord et au sud, le Royaume est en fait une vallée fertile où coulent l'Aurélius et le Maxence. Ces rivières assurent le commerce au travers le Royaume, mais aussi avec l’extérieur, quand la politique le permet. Le Royaume est également traversé de part en part par la célèbre Route du Roy.

Le Royaume est divisé en trois duchés, eux-mêmes divisés en comtés et en marches. Chaque comté et marche ont un nombre variable de baronnies. La structure du Royaume est féodale, les petits seigneurs portant allégeance aux grands seigneurs, qui eux-mêmes portent allégeance à la Reine.

Dirigeant et gouvernement

Le Roi / La Reine

À venir.

Le Conseil des Pairs

À venir.

Hiérarchie féodale

Le Royaume suit une stricte hiérarchie féodale militaire de droit divin. Cette structure est dynamique et il est possible d'y monter ou d'y descendre. Les principaux moyens d'ascension sont l'anoblissement, la chevalerie, la sainteté (guerrier ou mage saint), l'archi-arcanisme, les mariages ou l'adoption. Une fois un titre atteint, il vient avec des privilèges et obligations de plus en plus importants qui sont héréditaires.

  • Roi/Reine
  • Duc/Duchesse
  • Marquis/Marquise
  • Comte/Comtesse
  • Baron/Baronne
  • Chevalier/Chevalière
  • Bachelier/Bachelière
  • Vavasseur/Vavassale
  • Citoyen/Citoyenne
  • Non-citoyen/Non-citoyenne

Langue et culture

Les Aurélois constituent certainement le peuple libre le plus diversifié de Bélénos. Contrairement à d'autres seigneuries et malgré l’alliance avec la Bastide, les Aurélois ne sont généralement pas xénophobes et acceptent volontiers les étrangers dans toutes les couches de la société dans la mesure où ceux-ci participent au rêve d’unification du pays. Il y a donc parmi la population de nombreux Bélénois (de plus d'une génération), des Impériaux, des Urdiens, des Khalonniens, des Argyliens et des Nordiens. Il y a quelques exceptions à cette ouverture : par exemple, les priants des dieux de Chaos, qui sont honnis, mais aussi les Galléonites, qui sont toujours vus avec mépris et méfiance.

Bélénos ayant autrefois été sous le régime impériale, la langue la plus répandue dans le Royaume est le tweel. L'Aurélius n'échappe pas à cette règle. Ceci dit, les langues parlées sur le territoires sont aussi diversifiées que sa population.

En ce qui concerne la culture auréloise, celle-ci prône des valeurs qui tendent à maintenir en vie un idéal chevaleresque en perdition un peu partout à travers Illimune. L’éducation, considérée comme un mécanisme important dans le processus de transmission de ses valeurs, est dispensée au peuple dans l’optique de le faire adhérer à ces hauts principes qui articulent la société bien balisée qu’est le Royaume d’Aurélius :

  • Noblesse : Les dieux ne nous ont pas faits égaux. Ainsi, il appartient aux meilleurs de protéger les autres. Cette valeur est dans le sang et instaure ainsi l’ordre social voulu par les dieux. Celui qui s’est vu placé au-dessus des autres se doit d’agir avec honneur et sagesse.
  • Honneur : Les Aurélois sont braves et fiers en tout temps. Ils se doivent d’inspirer le respect et la confiance par leur comportement honorable.
  • Foi : Les Aurélois sont pieux et dévots, reconnaissants de tous les dieux honorables d’Illimune. Ils savent qu’il est de leur devoir de réaliser la volonté divine sur terre et de combattre les hordes du Mal et du Chaos. Plueisurs fêtes honorant les dieux de l'Ordre sont d'ailleurs célébrées en Aurélius.
  • Fidélité : Les Aurélois sont fidèles à leurs serments; ils honorent leurs seigneurs et les exigences de l’esprit chevaleresque. Ils s’engagent à protéger leurs vassaux; ils jurent de travailler pour le peuple, de protéger les familles, ainsi que ceux qui dépendent d’eux avec honneur, constance et courage.
  • Vaillance : Un Aurélois ne se laisse jamais abattre, il est tenace et peu importe les obstacles qui se présentent devant lui, il cherchera le moyen de les surmonter. Il persévère dans l’adversité avec vaillance.

Quant aux Bélénois du Royaume, la plupart sont d'origine impériale étant donné la proximité avec l'Empire. Plusieurs sont des descendants des colons arrivés en 675 et de leurs escortes (notamment les La Trémoille et les Durance). Ces familles sont donc intégrées à Bélénos depuis trois générations. Le Royaume compte néanmoins d'autres Bélénois de plus ancienne souche, notamment à Vertalia qui remonte à six ou sept générations. De plus, les grands mouvements de population causés par la guerre des Faux-Prophètes ont bénéficié grandement à l’Aurélius, puisque le Royaume a toujours été considéré, malgré tous les bouleversements qui ont ponctué les deux dernières décennies, comme une terre relativement sécuritaire et stable. Nombre de réfugiés bélénois en provenance des autres seigneuries ont établi résidence dans l’Aurélius lors de cette guerre et de la conquête de Dagoth.

Économie et commerce

Grâce aux terres fertiles qu'il occupe et aux deux rivières qui le traverse, le Royaume d’Aurélius bénéficie d’une agriculture riche et variée et d’un couloir commercial exceptionnel quand ce dernier n’est pas entravé par les conflits ou toutes autres circonstances attribuées à l'instabilité de Bélénos. L’Aurélius bénéficie également d’élevages importants et de quelques mines dans les collines qui bordent la vallée.

Autrement, les Aurélois sont très urbanisés, le pays possédant facilement une douzaine de grandes villes et un nombre égale de villages importants possédant leurs propres murs. Il est estimé que plus de la moitié de la population vit sous la protection de ces murs, ce qui crée un commerce diversifié et fleurissant.

À la suite de la migration de la population en provenance de l'est vers l’Aurélius - migration causée par la guerre des Faux-Prophètes - le groupe commercial connu sous le nom de la Hanse d’Hyden, dirigé par sir Ulrich du Piémont, a déplacé une grande partie de ses activités vers l’Aurélius, établissant plusieurs comptoirs ici et là et développant un impressionnant réseau de caravanes à l’intérieur du pays. De paire avec l’économie interne des grandes villes, cette initiative vint permettre de connecter efficacement le commerce des différentes baronnies du Royaume, le rendant plus stable et résistant aux aléas de la guerre.

Finalement, grâce à sa frontière avec le Saint Empire, le Royaume d’Aurélius a longtemps bénéficié d’une prospérité commerciale particulière pour une seigneurie bélénoise. Cependant, les quinze dernières années ont vu l’imposition d’un blocus impérial. Quand les relations sont bonnes, le Duché profite des prix les plus bas pour toutes les denrées impériales et urdiennes, mais pendant longtemps, d’autres solutions durent être trouvées pour éviter le déclin. Une attente avec les Galléonites du nord permit aux commerçants aurélois d’utiliser le fleuve Maxence pendant un temps en toute quiétude – c’est-à-dire sans craindre la menace de Dagoth – pour acheminer des marchandises un peu partout sur le continent, ce qui assura brièvement une relative prospérité au royaume. Autrement, les territoires de l’Aurélius sont en eux-mêmes assez riches (fertiles et plein de ressources) pour que l’impact du blocus ne se soit pas trop ressentit dans la population, mais cela demande une habileté de gestion beaucoup plus importante que sans le dit blocus. À l’aube de 769, l’Empire leva son blocus, mais à l’heure actuelle, les négoces sont encore très timides et effarouchées.

Magie et occultisme

La magie arcanique est un savoir hautement prisé et encensé dans le Duché. La Grande sagesse de l’Aurélius, l’archimage Florence Dubrouillard, dirige d’ailleurs la prestigieuse Université d’Héodim, qui accueille un grand nombre d’aspirants mages, et la comtesse et le comte d’Ardast ont fondé il y a près de deux décennies une université aujourd’hui resplendissante et rayonnante qui est vite devenue un joyau du royaume. Finalement, la ville d’Andrave, lieu par excellence de l’élite arcanique, attire toujours l’attention par les mystères dont elle entoure ses études poussées.

Militaire

Tout noble baron/baronne de l’Aurélius se doit d’assurer la défense de ses dépendants et de ses terres. Ainsi, il organise la levée de troupes, leur entraînement et s’attache de vaillants mages et chevaliers à sa mesnie. C’est son droit de ban. Chaque baron est donc le commandant de sa propre troupe et il est de son devoir de les mener à la victoire. Les armées des marquis aurélois sont donc constituées de ces troupes seigneuriales. Alors que les barons fournissent chevaliers et mages, chaque bonne ville doit également fournir des troupes à son seigneur. Celles-ci sont surtout constituées d’archers, arbalétriers, piquiers et de clercs (notamment en provenance du très saint bourg de Vertalia). Quant aux fertiles campagnes auréloises, ses habitants fournissent le reste de la soldatesque, coutiliers et fantassins légers. La plupart des armées peuvent être mobilisées assez rapidement par les marquis, qui sont ceux qui ont d’abord et avant tout le prérogative de la guerre.

Les courageux combattants aurélois sont sous l’ultime commandement de le Reine, qui peut lever l’Ost royal. C’est à ce moment que les barons, sous le commandement de leurs marquis, mènent leurs chevaliers, archers et piétaille à la guerre contre les viles forces chaotiques ou hérétiques.

Religion et dogmes

Contrairement aux autres seigneuries, le Duché d'Aurélius est très tolérant envers toutes les divinités hormis Galléon, encore considéré comme un envahisseur étranger. Le culte principal est celui d’Usire, mais les autres dieux ne sont pas considérés comme inférieurs. Le culte d'Usire diffère donc grandement de celui de l'Empire et c'est l'ordre de saint Guelthier qui domine.

Des lieux de culte de la plupart des divinités se retrouvent un peu partout à travers le royaume. Il y a deux exceptions notables. Les lieux de culte de Galléon sont interdits. Les Galléonites en eux-mêmes ne sont pas chassés à proprement parler, mais ils sont très mal vus. Ensuite, le culte de Gaïa est très peu représenté dans les territoires très urbanisés de l’Aurélius. Il ne se retrouve pratiquement qu’à Héodim, sous l’égide de la duchesse douairière Heikki, et à Ardast, au sein de l’université.

Les Sybilles sont à l’honneur à chaque année pendant la foire des Sybilles qui se tient à Hautlangeois, bien que ce ne soit pas un culte bénéficiant d’un énorme rayonnement dans le royaume. Le culte d’Ayka est assez présent, surtout chez les seigneurs guerriers, et on dit que la Reine a un immense respect pour cette déesse, malgré sa foi aédonite. Quant à Golgoth, il bénéficie d’un culte non négligeable, qui est cependant concentré à la Cathédrale de Golgoth. Sylva est une déesse très respectée partout dans le royaume, en raison de la place importante qui est donnée à la magie arcanique et à l’érudition dans les divers lieux de savoir de l’Aurélius. Finalement, Mak’Udar est très présent à Dum’Badar, où vit un peuple de nains, mais il est aussi invoqué un peu partout, puisque les Aurélois accordent beaucoup d’importance à leur travail et aux fruits qu’ils en tirent.

Villes et villages importants

Étant donné la prospérité du Royaume, sa population est fortement urbanisée et compte de nombreuses villes d'importance. Le Royaume d’Aurélius est divisé en trois duchés, eux-mêmes divisés en quelques comtés. Chaque comté contient un nombre variable de baronnies. À moins d’avis contraire, les lieux importants et les villes ne sont pas forcément sous le contrôle d’un baron et sont administrées par les comtes et les comtesses, qui peuvent décider à tout moment d’octroyer cette charge à un baron ou une baronne.

Voir Les Comtés bélénois.

Institutions importantes

À venir.

Les grands évènements

À venir.