Archives de l’auteur : Simon Laliberté

Vous comptez retaper/créer un bâtiment?

Planifiez-le en mars!

Pendant tous le mois de mars, les gens achetant une passe de saison recevront 80$ (au lieu de 50$) qu’ils pourront allouer au projet de construction de leur choix. Si vous achetez une passe con-tract, ou une passe banquet, ce sera 20$ qui pourront également être dédiés à la construction.

Au total, l’achat des trois passes vous donnera droit à 5 GNs, trois banquets et trois con-tract pour 325$ et de ce montant vous pourrez allouer 120$ au projet de votre choix!

Mieux. Dès cette année, les montants alloués a un campement (ou un bâtiment) et non utilisés, ne seront plus redistribués parmi les projets en manque de fond à la fin de chaque saison. Ils resteront attaché au campement et ne seront pas utilisés tant que ce dernier sera entretenu adéquatement par ses propriétaires. (L’organisation imposera des demandes plus grandes vis-à-vis le ménage et l’entretien des bâtiments.) Dans le cas contraire, ce fond servira à défrayer les couts d’entretien que d’autres devront réaliser à votre place. (Pas avant aout.)

Finalité d’Hyden

En bordure de la rivière Nicolet, lundi le 8 septembre 751

Il est rare en ces terres que ce qui est prévu arrive exactement comme c’est prévu. En effet, la caravane de réfugiés, financée et organisée par Tancrède Baker partit vers 14h30 avec quelque peu de retard. De nombreux citoyens avaient par ailleurs déjà évacué, ce n’était, directement d’Hyden, qu’une centaine de réfugiés qui ont emprunté la caravane; parmi eux la Faction des Soins, Marussia, le Tome, la BC-E et la BC-I, ainsi que les 1000 voyageurs et les Cornoirs. Certains autres ont carrément décidé d’emprunter leur propre chemin, l’Archelune et l’ordre druidique furent aperçus quittant vers la Griffe de l’Ouest. J’ai même pris l’initiative de marcher vers les secteurs contrôlés par les forces démonistes et je fus bien surpris de voir que bien que la plupart d’entre eux avaient quittés vers les Terres Maudites ou le Conclave Impérial, d’autres plus téméraires décidaient de rester et s’apprêtaient à renforcer leur forteresse. En toute logique bien sûr, je ne me suis pas attardé dans le secteur.

C’est donc au crépuscule qu’on entendit la terre trembler, nous étions restés que cinq personnes avec moi à Hyden. Une armée si grande était en marche qu’on entendait le bruit de leur pas et leurs cris de rage à des lieux d’ici. Nous avons décidé de nous sauver dans la forêt. Ce devait être bien drôle de les voir arriver sur un village complètement désert. C’est lorsqu’ils arrivèrent vers les forteresses maléfiques que nous avons entendu des bruits de combat durant à peine deux heures. Inutile d’aller vérifier, il est évident que les prophètes et leur armée n’ont laissé derrière eux que désolation et mort.

Malheureusement pour moi et mes quatre amis, l’armée des prophètes a établi son camp directement à Hyden. Dès que je terminerai ces lignes, nous serons contraints de quitter, non sans larmes, notre patelin qui avait vu tant de nos aventures, de nos joies et de nos peines. Ainsi, les derniers Hydenois quittèrent leur demeure avec mille projets inachevés en tête…

Solèce : l’enquête piétine

Les hautes instances de la Congrégation de l’Union sont catégoriques, la piste de la Redoute Marniet était fausse dans la mystérieuse affaire de l’artefact archéologique disparu à Solèce en décembre dernier. Pis encore, l’histoire s’annonce bien plus sombre, plusieurs n’hésitent plus à parler de complot à grande échelle visant à ébranler le pouvoir de Solèce sur la région. Considérant les nombreuses crises qui affectent la capitale aédonite bélénoise, plus aucune piste n’est à écarter dans ce dossier. En fait, certains osent même dire que l’enquête est au même point qu’au premier jour du vol. Le puzzle est encore entier : un coffre extrêmement bien gardé disparaît en plein milieu de la capitale, le même jour de sa découverte, sans aucun blessé, ni témoin.

Seule consolation, la consultation bélénoise au sujet de ce qui est maintenant appelé le nouveau langage obscur a récolté des appuis. Si les inscriptions sur ces murs parvenaient à être déchiffrées peut-être enfin pourrions-nous y voir plus clair. Les communications seront envoyées prochainement à ceux qui se sont portés volontaires, puisque présentement, les autorités effectuent des vérifications de sécurité. Plus jamais ne dit-on, nous humilierons l’Alliance de Solèce. Les actes semblent suivre les paroles puisque des mesures de sécurité sans précédent sont mises de l’avant dans toute l’Alliance, fouillant systématiquement les gens désirant entrer dans une ville, créant de longues attentes aux portes. Les acteurs politiques de l’Alliance n’ont plus le droit de se déplacer sans moins d’une trentaine de leurs meilleurs hommes pour assurer leur sécurité. Les patrouilles ont triplé, les gardes sont sur les dents. Solèce parle même d’instaurer un couvre-feu dans sa capitale lors de la tombée de la nuit. Toutes ces mesures extrêmes amènent une question; les autorités sont-elles au courant de quelque chose que nous ne savons pas? Se préparent-elles à être victimes d’un autre coup d’éclat comme ceux que nous avons vus cet hiver?

En cette période printanière, force est de constater qu’Hyden cette année sera encore le siège de bien des rebondissements. Nos sources indiquent que la Congrégation de l’Union qui nie être sur une piste envisage pourtant de surveiller de près le les Calembredaines d’avril.

Jasmin Brevier
Correspondant du feuillet des Nations
pour l’Alliance de Solèce


 

Auteur : Patrick Laliberté

 


 

Depuis un moment déjà nous avons appris que Charles prendra une semi-sabbatique pour consacrer plus de temps au jeux. Je lui souhaite un repos bien mérité et de passer du temps à redécouvrir les joies de jouer à Bélénos.

Certains d’entre-vous ont peut-être entendu la rumeur que je reprendrais certaines des responsabilités de Charles. Comme un secret n’est jamais gardé bien longtemps, il s’avère qu’elle était fondée. Suite à l’annonce du congé de Charles, Tom m’as proposé, à la fin janvier, de reprendre un partie des tâches de monsieur paperasse. Cette nouvelle, ainsi que cette offre, m’a fait beaucoup réfléchir et j’ai décidé, après plusieurs discussions, de me joindre à cette aventure.

Une petite utopie d’indiscipliné et de passionné, mais un beau rêve et de beaux objectifs. Cette année, plusieurs changements majeurs auront lieu et je compte bien apporter mes idées, ma détermination et mon sens de l’organisation.

Donc pour ceux qui me connaissent moins, je me présente : Je suis Simon Laliberté aka Simon L. sur le forum. J’ai commencé à m’impliquer à Bélénos il y a maintenant un peu plus de 4 ans. J’ai commencé par la construction d’une petite maisonnette et ensuite je suis devenu « unit ». Plusieurs m’ont connu de cette façon et cela a motivé mon implication à d’autres niveaux notamment dans la géopolitique et au niveau organisationnel avec l’aide régulière que j’apporte aux événements des terres de Bélénos.

Sur ce, j’envisage avec joie la saison de jeux 2015 et je promets de donner le meilleur de moi-même pour le bien de Bélénos et de sa communauté.

Consternation dans l’Alliance de Solèce

Voilà près de deux mois depuis la disparition d’un mystérieux coffre dans la capitale de l’Alliance de Solèce que les enquêteurs semblent enfin avoir une piste. Rappelez-vous début janvier, les fouilles archéologiques tombaient sur une salle secrète cachée derrière un faux mur. Cette salle ne comportait comme mobilier qu’un coffre et des inscriptions étranges sur les murs. Cette piste arrive à point à Solèce où quelques hauts responsables risquent leur poste si l’enquête n’avance pas. Les indices sont inquiétants, puisqu’une source anonyme à Solèce prétend que la Congrégation de l’Union est sur la piste de démonistes infiltrés qui aurait dérobé le coffre. Cela reste à confirmer puisque présentement la Congrégation de l’Union refuse d’infirmer ou d’affirmer cette information. Si cela s’avère, tous les bélénois peuvent trembler d’horreur. Car en effet, si les démonistes ont mis la main sur l’artéfact, c’est qu’il y a une raison, et cela n’a aucun effet pour rassurer les bonnes gens. La plupart des sources parlent de la Redoute Marniet.

Les rumeurs ont aussi pris d’énormes proportions et les autorités veulent remettre les pendules à l’heure. Contrairement à ce qu’il avait été avancé, les inscriptions sur les murs de la salle mystérieuse sont indéchiffrables, impossibles donc de savoir si elles font mention de l’Aédon ou non. Les plus grands archivistes et traducteurs de Solèce sont sur la tâche et présentement rien n’en découle. L’Alliance lance donc une vaste consultation bélénoise, quiconque pourrait traduire cette langue jusqu’ici inconnue est prié d’entré en contact avec un responsable de la Congrégation de l’Union.

En toute humilité, le concile de Solèce tente aussi d’avoir davantage l’appui de ses voisins dans cette horrible affaire. Depuis que les demandes d’aide furent envoyées à Eseldorf, aucun autre seigneur de guerre ne semble s’être précipité pour aider l’Alliance. Les autorités sont catégoriques, toutes seigneuries qui s’engageraient à aider recevraient davantage d’informations afin de faire avancer l’enquête.

Jasmin Brevier
Correspondant du feuillet des Nations
pour l’Alliance de Solèce


Auteur : Patrick Laliberté

Les autorités de Solèce paniquent

Voilà plusieurs années que les fouilles archéologiques dans les sous-sols de Solèce ne donnaient rien d’intéressant depuis la découverte de la fameuse stèle qui est désormais exposée dans le grand hall de la cathédrale. Les autorités solèciennes menaçaient même de couper les fonds de recherche à la Congrégation de l’Union qui dirige les dîtes fouilles.

Contre toute attente, un évènement improbable est survenu le dernier jour de décembre, en effet un terrible effondrement dans les galeries surprit les ouvriers à l’œuvre. Malheureusement, cet incident mena à la triste mort de deux ouvriers. La surprise fut générale lorsqu’en dégageant les corps des pauvres hommes, on y découvrit une salle jusque-là inconnue derrière un mur. Selon le protocole, les prêtres de la congrégation se sont empressés d’intervenir afin d’empêcher une éventuelle profanation du lieu. Selon les rapports, la salle semblait s’être conservée dans un état impeccable des siècles durant. Personne n’y avait vraisemblablement jamais mis les pieds depuis qu’on y avait fermé définitivement l’accès. Sur les murs on pouvait y lire des inscriptions gravées en langage obscur, leur teneur n’a pas été dévoilée par la Congrégation de l’Union, mais il est confirmé que les inscriptions ne mentionnaient nullement le nom d’Usire. Au centre de ce lieu trônait un autel de pierre jonché d’un petit coffre dont l’ouverture était scellée d’un rubis étincelant. Les autorités religieuses ne peuvent affirmer avec certitude depuis combien de siècles existe cet endroit, mais certains avancent que le lieu est plus ancien que l’Aédon lui-même. Peut-être est-ce un temple condamné voué à un démon? Que d’hypothèses et de rumeurs circulent dans les rues de la capitale. Une chose est certaine, l’endroit est sous haute surveillance et l’accès est limité aux seuls prêtres de la congrégation.

Le jour suivant, la panique s’empara des autorités de la ville, le coffret, visiblement le seul élément transportable de cette pièce, fut dérobé. Comment fut-il possible qu’on vole sous les yeux même de la Congrégation de l’Union un artéfact archéologique possiblement d’une grande valeur, mais surtout, possiblement dangereux? Qui sait réellement ce qui se trouve à l’intérieur de celui-ci? La garde de Solèce fouille désormais tous citoyens désirant quitter l’enceinte de la ville et à travers toute l’alliance le coffre est activement recherché . La recherche semblait tellement vaine qu’une prime de plusieurs milliers de chads fut promise à celui qui permettra de retrouver le coffre et les criminels. Même les autorités d’Eseldorf, fortes de leur nouvelle alliance avec Solèce, fut mises à contribution dans l’enquête, leur réputation n’est plus à faire en pareille matière. N’empêche que si la crise n’est pas dénouée rapidement, la crédibilité de l’Alliance de Solèce, volée à même sa capitale, sera mise à rude épreuve.

Jasmin Brevier
Correspondant du feuillet des Nations
pour l’Alliance de Solèce


Auteur : Patrick Laliberté

La Caravane sur ses derniers préparatifs!

Shatai, une contré lointaine que peu de yeux occidentaux ont vu, mais brillant de mille feu, voilà ce que s’apprêtent à voir les partisans de la caravane vers Shatai. Quelques 200 hommes et femmes s’apprêtent à effectuer la traversée vers l’orient afin de participer à un vaste projet d’échange culturel, social et économique. De nombreux grands noms d’Hyden tels que Kirkan Rufo, Lillium et bien d’autres découvrirons les merveilles de Shatai. Sous l’aval de la Dilligence Shataienne et de la Mckei, les 200 âmes entreprendront un voyage de longue haleine dans les steppes désolées vers Shatai, bravant ainsi Orc, géants et autre créature du Chaos afin de découvrir les merveilles du monde de l’est. Il ne fallut pas moins de 5 ans au projet avant d’être mis de l’avant, prenant le temps de bien planifier itinéraire, points d’eau et ressources, ainsi que le degré de danger de chaque itinéraire. Travaillant de longue haleine à l’élaboration de cette caravane, les moines hydenois se disent fiers de leur travail rassembleur qui permettrons à l’ouest de rencontré l’est.

Les richesses culturel et social de Shatai sont imposantes. La terre des Ottoko, bénis des grands Dragons, ne fut longtemps qu’un mythe, tout comme l’était l’ouest à leurs yeux. Plus de trente ans se sont écoulées depuis la première caravane venant de l’Est, les caravanes venant de l’ouest quant à elles, sont très peu documentées. Ainsi, cette nouvelle caravane se veut une unification des frontières, apportant des morceaux de la culture de l’occident à l’orient, la caravane aura pour mission de revenir avec des documents expliquant et relatant l’héritage historique de l’est. Aurel, apportant son soutien au projet n’est qu’enthousiaste face à l’ampleur du projet.

C’est donc à cet événement historique que nous vous invitons à joindre les 200 convives qui entreprendront le voyage vers Shatai. La caravane prévoit un départ le 1er mars de l’an 751. Pour faire partie de l’aventure, veuillez nous écrire et nous aurons alors quelques places à combler pour l’expédition.

Yataro isawaki,
Surintendant de la Diligence Shataienne