Sous-section

    Histoire récente

    Histoire de l’ère succédant la venue des faux prophètes

    Le grand bouleversement et l’ascension du Roi nemesis (751 – 756)

    Malheureusement, Bélénos la chaotique réserve toujours les surprises les plus terribles.

    La terreur se répandit telle une traînée de poudre à travers tout Bélénos, alors que les faux prophètes amassaient leurs armées. On assista à un exode sans précédent alors que l’Alliance de Solèce tombait en 751 et que l’écrasante masse de fanatiques avançait sur les terres, balayant tout sur son passage. L’Aurélius, solide comme le roc, fut perçu comme un refuge pour les populations affolées. Les réfugiés furent accueillis par le Duc qui demanda à ce que tous les hommes et les femmes en mesure de se battre suivent un entraînement sommaire et joignent ses armées pour affronter le pire. D’Hyden arriva avec les dernières caravanes d’évacuation une impressionnante délégation. L’ambassadrice d’Amédée et favorite de Lanfranc, dame Marussia von Karajan de Tournaye, rentrait au bercail accompagnée de son amie de toujours Elladane Belov, du prophète d’Usire Alexandru Brostov, du champion Y. le Rouge et de ses ailes d’Usire, du guerrier saint Conall Frost et du maire de Librebourg Dagon. Venaient également avec elle la quasi-totalité de la Faction des soins d’Hyden, dirigée par l’éminent prieur Saprion, les marchands de la Hanse d’Hyden avec sir Ulrich du Piémont, et quelques individus notables tels que Oxine des Mille voyageurs, ainsi que Bastien Hohenhoff, le dernier assermenté diplomatique d’Hyden. Un individu controversé accompagnait également la délégation : l’ancien général repenti de Syptosis Cliff Iziris, dont la sinistre renommée avait dépassé les frontières d’Hyden.

    Lorsqu’ils parvinrent à Héodim, le duc Amédée et la duchesse Heikki les reçurent immédiatement. On dit qu’il s’en suivit une discussion très animée de plusieurs heures, dans la discrétion de l’une des salles de réunion du duc. On ne sut que par la suite, lorsque la chose devint officielle, que dame Marussia, Sir Perudir Varovich de la Trémoille et une bonne partie des nouveaux arrivants étaient investis de la mission de parcourir le Duché et d’aller à tous les endroits où l’urgence de la lutte contre les faux prophètes exigerait leur soutien et leurs talents. On savait les Hydenois pour la plupart combattifs et plein de ressources. Ils ne déçurent pas les attentes pendant les longs mois de guerre qui affligèrent le Duché et bientôt tous ces noms acquirent une renommée enviable dans la seigneurie, synonymes de dévouement, de courage et d’ingéniosité. On les connut dès lors sous l’appellation du Cercle des Indulgents.

    La guerre contre les faux prophètes dura près de quatre ans. Quatre années rudes et sans merci, où l’espoir semblait décliner à mesure que le Duché s’affaiblissait. On racontait qu’à l’Est, le demi-démon Daggoth faisait main basse sur les terres dévastées des anciennes seigneuries; Solèce, la Redoute, etc., et qu’il avançait en vainquant sans mal les armées des faux prophètes, mais ce n’était pas dans l’Aurélius que cette nouvelle allait réjouir qui que ce soit. Or, pendant ce temps, l’épuisement du Duché, dû à cette longue lutte, ne pouvait passer inaperçu. Au sud, les démonistes du Conclave Impérial, n’étant pas affectés par les dérèglements de la magie divine, jetèrent un regard gourmand sur les territoires de l’Aurélius, quelque peu dégarnis de leur défense habituelle. De la sombre Caltagrad émergèrent nécromants et morts-vivants et des profondeurs de Bran Wor’ge Quarth émergèrent les redoutables Amaï’s; à l’aube de 754, ils s’unirent pour fondre sur le sud de la seigneurie, sachant qu’ils ne rencontreraient pas une résistance suffisante pour les empêcher de semer la mort et pour les empêcher de s’arroger ces territoires tant convoités. De fait, grâce aussi à l’effet de surprise, ils s’enfoncèrent dans le sud des terres avec une facilité effarante, brûlant, pillant et massacrant tout sur leur passage. La nouvelle de l’invasion créa une panique sans précédent dans les populations qui fuirent en masse l’inexorable avancée impériale. Le prince Amédée fut rapidement informé dans la débandade du sud. Il réunit immédiatement tout ce qu’il pouvait de forces vives et s’en fut à la rencontre des envahisseurs, bien déterminé à les refouler hors de sa seigneurie. Ses généraux les plus compétents le suivirent, les Durance, les La Trémoille, les Méricourt, ainsi que le Cercle des Indulgents. Les deux armées se heurtèrent l’une à l’autre avec une violence inouïe, animées d’une haine ancienne et redoutable, et déterminées, chacune, à l’emporter. Le Duc Amédée lui-même prit part aux combats, s’illustrant sur le champ de bataille comme les plus grands héros de guerre. Malheureusement, cela lui fut fatal. Le Jour Sans Fin, le prince tomba sous la lame d’un Amaï. Les témoins vécurent comme au ralenti cette tragédie, puis redoublèrent d’ardeur pour se porter au secours de leur seigneur. Ils parvinrent jusqu’à lui avec force difficulté, mais il était trop tard. Le seigneur Amédée de Tournaye de Penthièvres, duc des Aurélois, comte d’Héodim et prince de Penthièvres avait déjà succombé à sa blessure. L’armée retraita prudemment, emportant son corps, mais rien ne put être accompli pour le sauver. La magie divine, erratique depuis l’apparition des faux prophètes, fit défaut à l’Aurélius, condamnant le seigneur à demeurer dans la mort. Une cérémonie fut accomplie dans les landes défigurées par la guerre, avec toute l’armée auréloise pour témoin, puis un détachement rapatria le corps du duc à Héodim.

    Le jeune frère d’Amédée, Amaury, se retrouva propulsé dans le rôle de seigneur de guerre qui lui revenait en raison de la mort de son frère. Il avait à peine vingt ans, et les attentes envers lui étaient écrasantes. Il ne s’était jamais tellement intéressé aux affaires de l’État, et encore moins aux questions militaires. Il avait certes reçu les enseignements de la chevalerie, mais il ne s’était pas attendu à se retrouver dans cette situation critique, en position de pouvoir. La transition se fit avec grande difficulté et nombre des généraux furent mécontents du déroulement des choses. Heureusement pour le jeune Amaury, à peu près au moment où Amédée trouva la mort, le Roi Daggoth (celui-ci s’étant autoproclamé à ce titre) donna le coup de grâce aux armées des faux prophètes et décida d’envahir le Conclave Impérial, qui refusait de se soumettre de plein gré à son autorité. Dans un certain sens ironique, c’est cet événement qui sauva l’Aurélius. Se voyant en péril, le Conclave retira immédiatement ses troupes de l’Aurélius. Seule exception : les Amaï’s. Ceux-ci, se voyant abandonnés par leurs alliés, se rendirent bel et bien à l’évidence que la poursuite de l’invasion était impossible. De plus, devant la promesse d’Amaury de les exterminer tous jusqu’au dernier pour venger la mort de son frère, ils faisaient face à une férocité redoublée de la part de leurs adversaires. Ils entreprirent donc un repli stratégique vers la ville d’Andrave, ne résistant pas au désir de porter un dernier grand coup aux forces divines. Andrave, de plus, était une ville souterraine, donc un accès privilégié pour rejoindre les tunnels de Bran Wor’ge Quarth. Dans un tour de force inimaginable, les Amaï’s réussirent à pénétrer dans Andrave et à y faire des ravages considérables. L’armée auréloise, dirigée par Amaury, vint à la rescousse de son ancien allié Markelus, entrant à son tour dans la ville. Cependant, de mauvaises décisions tactiques d’Amaury firent en sorte que Markelus, malgré les renforts, se retrouva isolé avec une poignée de protecteurs; le petit groupe se fit massacrer par les Amaï’s. La bête mort du Grand Thaumaturge Markelus aurait pu, de l’avis de plusieurs, être évitée si les Aurélois avaient eu un seigneur de guerre d’expérience à leur tête. Malgré cette tragédie, les Amaï’s furent repoussés dans leurs tunnels et Andrave fut libérée. Les Markeliens jurèrent allégeance à Amaury et lui remirent la couronne de Penthièvres, qu’ils avaient en leur possession.

    Avec cette victoire coûteuse sur les Amaï’s, la guerre prit fin. L’Aurélius reprit possession de son territoire, agrandit par celui de Markelus. Ils entrèrent à Bran Wor’ge Quarth et trouvèrent la ville désertée (certainement, les Amaï’s avaient été avertis de l’avancée de l’armée). Amaury appliqua la politique de la terre brûlée sur les lieux et dans certains autres territoires appartenant jadis à Bran Wor’ge Quarth abattant par le fait même les tunnels qui reliait la ville à la surface. En 756, la situation était entièrement rétablie, même si les cœurs restaient lourds des horreurs de la guerre. Amaury et son armée rentrèrent enfin à Héodim après près de deux ans d’absence de la capitale.

    Pendant ce temps, au sud de Bélénos, le Roi Daggoth vainquait le Conclave Impérial et obligeait Caltagrad à lui prêter allégeance. Progressivement, il assit son pouvoir sur tout l’Est de Bélénos, à partir du fleuve Maxence. Même s’il semblait savourer le chaos qu’il induisait volontairement ici et là dans son royaume, son pouvoir bénéficiait d’une puissance et d’une stabilité inquiétantes. Il ne semblait pas vouloir, pour le moment, faire de mouvements vers le Duché d’Aurélius, mais il induisait une inquiétude non exagérée à ses voisins de l’ouest.

    L’avènement de la Reine solitaire (756-766)

    C’est donc en 756 que l’Aurélius put enfin commencer à remettre de l’ordre dans tout ce qui avait été bouleversé pendant ces cinq années de guerre cruelle. La question de la succession d’Amédée, qui était mort sans donner de descendance à la duchesse Heikki, devait être réglée. Le seigneur Lanfranc avait eu quatre enfants : Amédée, Amaury, Sybille et Aude. Amaury était l’héritier légitime, mais il avait éprouvé de grandes difficultés à s’imposer lors de la guerre, et plusieurs seigneurs éprouvaient des doutes quant à sa capacité à prendre la place de son frère. Certains prétendaient que sa jeunesse excusait ses décisions désastreuses, mais il s’en trouvait pour dire que le seigneur Amédée avait son âge quand il avait accédé au pouvoir. Amaury lui-même ressentait un grand malaise par rapport à ses capacités à diriger la seigneurie; il était sensible aux critiques qu’il recevait et qui le blessaient. Il savait que c’était là son héritage, mais il s’assombrissait à l’idée que les nobles de son père et de son frère puissent le trouver indigne d’en prendre possession. Quant aux deux filles, elles avaient toutes deux entamé d’ambitieuses études, respectivement à l’université d’Héodim et à l’université d’Ardast, et avaient toujours nourri l’ambition de briller dans l’art arcanique. Elles rejetèrent avec dédain les tentatives de certains nobles de les intéresser au pouvoir politique, assurant que cela ne les intéressait pas et arguant avec raison qu’il était du devoir d’Amaury de prendre les choses en main. Quant à la veuve d’Amédée, la duchesse douairière Heikki, sa nature et ses convictions ne la portaient pas à vouloir assumer les responsabilités du titre de seigneur de l’Aurélius.

    Néanmoins, malgré que selon toute logique le pouvoir devait revenir au jeune Amaury, les choses traînaient en longueur, pendant que le Conseil des Pairs tergiversait, qu’Amaury hésitait, et que la seigneurie était en train de se scinder doucement entre diverses factions qui proposaient des solutions différentes. Ce flottement politique dura jusqu’en 760, menaçant la stabilité fragilisée de l’Aurélius. C’est à ce moment que l’idée vint pour la première fois sur la table. Les descendants survivants du seigneur Lanfranc et de la dame de Penthièvres ne s’intéressaient pas au pouvoir, ou craignaient de s’en saisir et de l’assumer. C’est Sir Perudir Varovich de la Trémoille, appuyé par la duchesse douairière Heikki, la veuve d’Amédée, qui proposa pour la première cette audacieuse solution au Conseil des Pairs. Le seigneur Lanfranc avait jadis accordé sa confiance et son nom à une femme d’influence qui avait servi avec fidélité et habileté ses seigneurs pendant de longues années. Tous la connaissaient, du nord au sud, et de l’est à l’ouest, dans le Duché. D’une certaine façon, Marussia von Karajan de Tournaye pouvait être considérée comme la sœur adoptive des enfants de la lignée de Lanfranc. Si Sir Perudir et la duchesse douairière avaient tenté de convaincre leurs Pairs qu’il y avait là une certaine légitimité pour la dame de prétendre au pouvoir, la plupart eurent une réaction mitigée face à la suggestion. Cependant, Amaury s’offensa hautement de l’idée. Il ressentit comme une trahison que l’on puisse l’envisager et il entra dans une colère mémorable, qui rendit tous les nobles inconfortables par la puérilité des paroles qu’il proféra. Il menaça de quitter les terres pour aller trouver ailleurs ce qui lui faisait défaut ici : la gloire et la reconnaissance. Le lendemain, il était parti. Cela causa toute une commotion. On envoya des cavaliers parcourir l’Aurélius pour le retrouver, en vain. On envoya ensuite des espions dans tous les coins de Bélénos. La rumeur fut rapportée que le jeune homme s’était réfugié chez les Galléonites du nord.

    Le Conseil des Pairs avait bien tenté d’étouffer l’affaire le temps que le garçon soit retrouvé et rapatrié, mais la nouvelle se répandit rapidement dans toute la seigneurie : il n’y avait plus de prétendant sérieux pour diriger le Duché, Amaury avait abandonné son peuple. Des campagnes et des fiefs de la petite noblesse s’élevèrent alors des voix qui, de plus en plus nombreuses, réclamaient Dame Marussia à la tête de la seigneurie. La principale intéressée eut vent de la chose et s’apprêta à rejeter du revers de la main une telle folie. Cependant, son entourage, connu sous le nom du Cercle des Indulgents, mit une ardeur sans précédent à la convaincre qu’il fallait absolument que quelqu’un prenne le pouvoir, avant que Daggoth ne décide de profiter de la faiblesse politique de l’Aurélius pour l’envahir. Une personne devait rassembler et unir les Aurélois, avant que les fossés qui se creusaient entre les différentes factions ne puissent plus se combler, sans quoi le Duché courait droit à sa perte. Marussia fut sensible à de tels arguments et alla à la rencontre du Conseil des Pairs, poussée par le Cercle. Elle exposa à cette assemblée, avec simplicité, qu’elle pouvait opérer un tel travail de réunification si le Conseil des Pairs lui confiait le pouvoir. Cependant, elle les avertit que l’opération ne fonctionnerait pas si elle n’était pas entièrement investie des pouvoirs et responsabilités du titre de duchesse : la moindre faille, la moindre hésitation, permettraient de nourrir la division et les choses, au lieu de s’améliorer, pourraient s’envenimer. Pendant plusieurs mois, le Conseil des Pairs délibéra, sentant bien la cohésion du Duché s’effriter à mesure que le temps passait. Enfin, ils décidèrent d’accéder à l’idée insolite qui avait été portée la première fois par Sir Perudir et Dame Heikki. Certains firent la demande pressante à Marussia de rappeler Amaury de son exil pour l’épouser afin de se donner un peu plus de légitimité. Elle refusa catégoriquement : Amaury était encore un gamin, il n’avait pas encore réellement vécu et elle n’avait nulle envie de se remarier. Cependant, s’il advenait qu’il revienne un jour en Homme fait, capable et enfin digne de succéder à son frère, elle lui rendrait son héritage.

    Au printemps 762, Marussia fut sacrée duchesse des Aurélois. Les réticences qu’elle avait entretenues la première fois qu’on lui avait fait part de cette possibilité semblaient totalement évanouies. En acceptant sa charge sous la pression du peuple, de son entourage et du Conseil des Pairs, elle avait décidé d’assumer pleinement ses pouvoirs et responsabilités. Le titre exigeait de faire preuve de force et de fermeté, et c’est ce qu’elle offrit à la face du monde à partir du moment où elle fut consacrée. Le temps des hésitations était terminé, il était trop tard pour revenir en arrière.

    Les premières années du règne de la nouvelle duchesse furent consacrées entièrement à la consolidation des territoires et à l’aplanissement des relations entre les nobles du Duché. Elle fit plusieurs nominations, notamment parmi le Cercle des Indulgents, ce qui ne plut pas à tous. Toutefois, chacun se montra compétent dans ses nouvelles fonctions, n’offrant aucune prise réelle à la critique. Le Conseil des Pairs tenta à quelques reprises d’aller à l’encontre de ses décisions, mais elle leur montra avec diplomatie qu’elle ne plaisantait pas quand elle avait exigé un pouvoir complet et incontestable.

    Au-delà du fleuve Maxence, pendant ce temps, le Roi Daggoth gagnait en puissance et en arrogance. Non seulement il se prétendait Roi en son Royaume, mais il commençait à réclamer pour sien le titre de Roi de Bélénos. Cela pouvait non seulement être perçu comme une menace pour l’Aurélius, mais en plus, c’était une insulte suprême au rêve de Lanfranc, qui voulait voir Bélénos uni sous la gouvernance d’un Bélénois digne de ce titre. Lentement, les nobles aurélois conçurent la conviction qu’il fallait répondre à cette insulte. Le Roi de Bélénos ne pouvait être qu’Aurélois et de confession divine. L’Aurélius avait une duchesse, Bélénos allait donc avoir une Reine. Après tout, l’Aurélius détenait, jalousement gardé dans le palais d’Héodim, la mythique couronne de Penthièvres, la couronne des anciens souverains de Bélénos.

    La duchesse Marussia s’opposa vigoureusement à cette idée folle jusqu’en 766. À cette date, elle avait terminé son travail de consolidation et le Duché était de nouveau aussi prospère qu’il pouvait l’être dans un contexte de blocus de la part de l’Empire de Twyden (ceux-ci avaient eu peur des faux prophètes gangrenant Bélénos et n’avaient pas rouvert leurs frontières depuis le début de cette guerre). C’était une évidence que la prochaine étape était combattre l’usurpateur Daggoth afin de libérer les populations qui lui étaient soumises, de libérer Solèce, et toutes ces villes qui étaient sous le joug du Roi nemesis. Or, pour faire accepter une telle entreprise et les risques qu’elle comportait, il fallait que le combat soit entrepris au nom d’une cause rassembleuse et légitime : celle d’un pays nommé Bélénos qui pouvait être unifié sous la bienveillance d’un souverain unique. Le peuple se prit vite de passion pour l’idée, et l’entourage de la duchesse Marussia la pressa d’agir en ce sens.

    Le 12 mars 766, Marussia coiffa la couronne de Penthièvres et devint la Reine de Bélénos, avec une moitié de territoire à reconquérir.

    La Reine, depuis les quinze dernières années qui avaient vu son ascension progressive jusqu’à son ultime consécration, refusa toujours de se marier pour consolider ou pour légitimer son pouvoir, malgré tous les conseils qui la pressaient d’agir de la sorte. Cela lui valut le surnom de « Reine solitaire ». Chaque fois que quelqu’un abordait le sujet en sa présence, elle répétait qu’elle avait déjà fait un désastreux mariage politique et qu’elle ne répéterait pas l’expérience, d’autant plus que cela scinderait le pouvoir et pourrait créer des dissensions. Il se trouva quelques personnes pour dire qu’en réalité, elle attendait le retour de quelqu’un qui avait disparu bien des années auparavant, quelqu’un qu’elle avait connu à Hyden et qui probablement n’en avait pas réchappé. Elle ne fit pas attention aux rumeurs. Elle était également une Reine solitaire au sens où elle avait été amenée à renier son seul enfant. Victor Alexandre Offgen, un garçon issu de son mariage catastrophique avec le noble Markelien Théodore Offgen, avait été enlevé à sa mère dès son plus jeune âge par Offgen. Marussia ne le retrouva que lorsque les armées auréloises libérèrent Andrave. Cependant, le garçon, alors âgé de huit ans, avait été élevé dans une telle haine de sa mère qu’il refusa de la suivre. Les années avaient passé et malgré les nombreuses tentatives de Marussia pour rétablir la situation, le jeune homme s’était toujours montré froid et distant. Ce n’est qu’en 762, quand elle devint duchesse, que Victor Alexandre commença à avoir de meilleures dispositions. Immédiatement, le Cercle des Indulgents fit valoir à Marussia que son fils n’était en réalité qu’attiré par le pouvoir. Quelques jours plus tard, la duchesse, arborant un visage poignant de douleur, annonçait publiquement qu’elle niait à son fils le droit de lui succéder, ce qui la laissait sans succession. Le jeune homme retourna sans tarder à Andrave et n’adressa plus jamais la parole à sa mère.

    Par Catherine Beaudet-Lefevbre.