Sous-section

    Mortis

    L’histoire de Mortis

    Selon les érudits, Mortis serait le plus ancien des démons; son origine daterait du premier meurtre de l’histoire du monde. Par un procédé inconnu, le pouvoir de la mort aurait été imprégné à même un artéfact d’une grande puissance, une sphère noire que l’on appela plus tard la pierre de Mortis. Cette pierre possédait le pouvoir de contrôler les agissements de quiconque entrait en contact avec elle jusqu’au moment où, affaibli et épuisé à mort, le détenteur devienne possédé par l’esprit même du démon Mortis. À ce moment, le Prince de la Mort se réincarne en assimilant les pouvoirs du mortel possédé. Depuis, Mortis fit son lot de victimes, accumulant les pouvoirs à chaque fois qu’il possédait un corps. Le prince noir s’incarna dans plusieurs hôtes, dont l’infâme cultiste Claordress ou le chevalier Conrad Reinhardt. Mais les plus populaires et plus puissantes incarnations de Mortis vinrent toutes de Bélénos, terre maudite dont le démon fit sa demeure. Il y eut d’abord le sombre nécromancien Karmalek, combattu par les forces du Paladin Godefroy et du Père Clément; suivi du Fils de la Lumière Frater Sinister qui fut vaincu par un être étrange, à la peau d’argent; et finalement Tziang Zei, moine guerrier et dernière incarnation de Mortis, qui réussit à monter une armée et attaquer Altembourg, la capitale de l’Empire de Twyden. Mais lui aussi fut vaincu dans la ville mère d’Usire, et par un Nain qui plus est. Dorénavant, la pierre est enfermée en lieu sûr, loin des mains de cultistes ou autres âmes mal intentionnées.

    Les cultistes de Mortis

    Généralement, les suivants de Mortis sont des nécromanciens ou cultistes de toutes races, qui aiment la mort sous ses nombreuses formes. Ils s’adonnent tous au malin plaisir de disséquer des cadavres et de les examiner. Ils veulent les comprendre, et si possible, les réanimer. Aucun elfe, à l’exception des elfes noirs, ne porte Mortis dans son cœur. Le prince noir est leur ennemi depuis toujours et ils se sont avérés être un élément principal de son échec dans la domination des terres de Bélénos. Cela est probablement dû au fait qu’ils sont immortels et ne peuvent donc être possédé par la pierre. Il existe d’autres créatures qui vénèrent Mortis comme les vampires et autres morts-vivants de ce genre, mais majoritairement ses suivants sont des humains au cœur corrompu et ceux-ci s’opposent souvent aux suivants de Golgoth.

    Mortis et Bélénos

    Les terres de Bélénos furent jadis un endroit de prédilection pour Mortis, y revenant à chaque nouvelle incarnation. Par trois fois, il mit les pieds à Bélénos pour terroriser la populace et se monter une fantomatique armée des ténèbres. Plusieurs grands héros l’affrontèrent en ces lieux, des pieux Père Clément et Frater Sinister, au sombre Allanon Yffen, en passant par les seigneurs Nayan et Carcellane. Les Elfes de Bélénos et de la région l’entourant sont maintenant les plus importants adversaires de Mortis, depuis que celui-ci transforma, il y a 200 ans de cela, leur précieuse Forêt noire en lieu de mort et désolation, empli de créatures abjectes. Aujourd’hui le culte de Mortis à perdu beaucoup de sa vigueur d’antan mais ses suivants, bien que peu nombreux, tentent désespérément d’accomplir sa réincarnation dans l’espoir de voir leur maître répandre à nouveau la mort et la désolation sur le monde.

    NB : Mortis n’existe plus depuis, il fût remplacé par Noctave.

    Auteurs : Daniel Morin, Charles Frenette