Sous-section

    Vestrial

    L’histoire de Vestrial

    Vestrial était, il y a bien longtemps, un petit démon farceur et malicieux. Il aimait bien jouer des tours aux autres démons, mais ceux-ci le trouvaient plutôt inutile et stupide. Il était en effet, la risée de tous. De plus, Vestrial n’avait pas énormément de suivants, mais un en particulier lui tenait à cœur; ce bouffon hors pair ne reculait devant aucune farce, même lorsqu’elle pouvait mener à la mort. Il était à l’image même de Vestrial et c’est pour cette raison que le démon l’aimait. Puis un jour, les démons en prirent connaissance et Kaalkhorn envoya un de ses cultistes pour abattre ce bouffon absurde, aussi inutile que Vestrial lui-même. Le cultiste prit plaisir à suivre les ordres de son maître en écorchant vivant le bouffon, qui criait à en perdre la voix. Le suivant de Kaalkhorn le laissa pour mort, baignant dans son sang. Vestrial, pris d’une folie meurtrière où se mélangeait la rage et la tristesse, fit du bouffon son premier cultiste et l’envoya tuer le suivant de Kaalkhorn. Le démon visé ne s’en fâcha pas; au contraire, il se mit à respecter Vestrial. Bien sûr, le petit démon enragé ne voulait pas de son respect puisqu’il détestait Kaalkhorn au plus haut point. À partir de ce moment, Vestrial changea : il prit du sérieux et devint le prince noir du mensonge, de la folie et de la déception, trouvant sa puissance dans les assassinats et les maladies mentales des mortels. Lors des Temps sombres, Vestrial réussit finalement à avoir sa vengeance et empêcha Kaalkhorn de devenir le maître du Chaos, au profit d’Azaroth. Depuis ce temps, Kaalkhorn et Vestrial se vouent une haine sans bornes.

    Ses suivants

    Les cultistes de Vestrial sont pour la plupart de pauvres désaxés mentaux. Ils sont souvent extrêmement inutiles à la société et ils n’apportent rien à personne. À quoi sert un pauvre fou qui par un coup de folie se suicide ou tue quelqu’un ? Mais ils ne sont pas tous inutiles, certains font d’excellents assassins ou d’excellents informateurs déguisés sous d’autres identités. Ils sont d’habiles meurtriers puisqu’ils n’ont aucun remords à assassiner un enfant comme un adulte. Ils le font souvent pour le plaisir et non pour de raisons monétaires. Tout comme leur maître, ils détestent les suivants de Kaalkhorn, leur ennemi juré. Il est extrêmement difficile de reconnaître un suivant de Vestrial; même entre eux, les suivants du démon fou ont peine à se reconnaître. Il peut aussi arriver que certains de ses cultistes s’affrontent, chacun voulant accomplir des objectifs contradictoires, mais qui peut vraiment dire ce que veut le grand prince des détraqués.

    Vestrial et Bélénos

    En Bélénos, le culte de Vestrial est comme partout ailleurs, c’est à dire invisible. Il y a beaucoup de cultistes de celui-ci mais ils sont très difficiles à trouver. Ils sont bien souvent dissimulés sous d’autres identités ou tout simplement cachés dans les bois. Mais même si on ne les voit pas, cela ne signifie pas qu’ils ne font rien. Ils attendent patiemment de frapper lorsque ça fera le plus mal. Contrairement à la pensée générale, les attardés qui se tiennent dans le village ne sont pas des suivants de Vestrial. Tous les fous ne sont pas ses fous, il y en a qui sont simplement idiots. Malgré cela, les terres de Bélénos sont des terres propices au culte du prince des mensonges car le Chaos règne souvent sur ces terres et les opportunités d’en créer encore plus sont nombreuses.

    Récit sur Vestrial

    Osterbourg, année 667 après Usire Aédon

    Je vivais dans cette grande ville remplie de corruption de tout genre. La ville est reconnue pour les nombreux cultes dédiés à des démons de tout genre. Moi, je vénère secrètement Tharôs car j’ai peur des représailles. Mon ami est l’un des seuls aussi à ne pas être un démoniste. Un jour, je décidai de partir avertir les autorités de la province des nombreux cultes démoniaques de la ville. J’étais tanné de vivre dans la peur. Je partis avec Rob, mon ami sain d’esprit. La route était longue. Sur la route, il y avait une longue forêt à traverser. Au beau milieu de la forêt, mon ami se mit à me dire des choses étranges et il avait des tics nerveux. Je fis le saut de ma vie quand il cria de toute ses forces : « Vestrial ! Lâche mes pensés, je ne le tuerai pas. » Il s’arracha les cheveux sur la tête et se rentra un couteau dans le cœur. Ce fut atroce à voir. Je tombai dans une sorte de folie et je retournai dans ma ville. Dans mes rêves maintenant, j’aperçois ce Vestrial qui me parle doucement et je l’écoute, ses paroles sont réconfortantes. Il me guide et maintenant, je n’ai plus peur des démonistes, aux contraires, je me sens supérieur à eux ! MOUHAHAHA !

    Auteurs : James Simoneau, Charles Frenette