Sous-section

    Xalarthu

    L’histoire de Xalarthu

    Au début de la création de Mhor’Kar, de tous les princes du Culte, seul Xalarthu et Fallacius Dionagor n’étaient pas des cultistes, mais des mages. Ils étaient les seuls à ne pas suivre un démon de façon précise, car ils préféraient suivre tout le chaos et non seulement une de ces facettes. Faces aux autres, ils ne manquaient pas de lettres de noblesse, qu’ils ont arraché une à une dans la chair de leurs ennemis. Au fil des millénaires, plusieurs ont sous-estimé la puissance des deux mages simplement parce que aucun démon ne les soutenait. Mais là où Fallacius excellait dans le domaine de la manipulation de la vie et de la mort, Xalarthu était plus axé sur la puissance brute de la magie. On dit même que les fondations de Mhor’Kar furent creusées par Xalarthu et son contrôle de la magie arcanique. Lorsque le culte des démons commença officiellement dans la ville et que les mortels donnèrent des noms aux démons, Fallacius fut nommé prince du culte de Mortis et de la magie grâce à son étrange lien avec la pierre qui contenait le démon de la mort.

    Même si en Mhor’Kar l’immortalité même s’abrège quelques fois très promptement à coup de dague, tous se souviennent que Xalarthu réussit un tour de force en obligeant Fallacius, Prince du culte de Mortis, à quitter son poste qu’il occupait depuis le fondement de la ville démoniaque.

    En effet Xalarthu ne pouvait plus endurer d’être dirigé par Fallacius] qu’il considérait inférieur en puissance. Il demanda donc Fallacius en duel magique et l’écrasa littéralement. Mais non pas sans perte, car depuis ce jour, Xalarthu fut défiguré horriblement et il dut se résigner à cacher son visage derrière un masque de métal. Mais, il n’arriva toutefois pas à tuer Fallacius, ce qui lui coûta la vie lorsque ce dernier revint quelques siècles plus tard à la tête d’une armée innombrable de morts-vivants pour reprendre son titre. Fallacius jeta lui même Xalarthu au fond de la faille qui menait au plan des démons.

    Mais peu importe, Fallacius avait perdu son poste à Mhor’Kar à jamais. Telle était la loi qu’il avait lui-même dictée à la fondation de Mhor’Kar. Un poste délaissé ne peut être à nouveau comblé. Fallacius aurait dû alors s’opposer et vaincre chacun des autres membres du conseil, conquérir à lui seul la ville. Il n’en avait pas la force, personne n’en aurait jamais la force. Tel fut la première grande victoire dans la guerre opposant Mortis à Xalarthu et, depuis, le siège du haut cultiste de Mortis est vide à Mhor’Kar.

    Puis la guerre des dieux éclata, personne ne sait exactement ce qui arriva mais lorsqu’elle prit fin des siècles plus tard, un nouveau démon apparut au sein du Chaos. Xalarthu, maître de la magie destructrice. Personne ne sait comment Xalarthu survécut à la guerre des dieux, ni comment il s’éleva au rang de démon, mais une chose est certaine, aucun autre démon n’osa contester sa place.

    Un nouveau siège fut ajouté au conseil des princes, et un des anciens disciples de Xalarthu lui-même fut nommé. Et depuis ces événements, la guerre est ouverte entre les suivants de Mortis et ceux de Xalarthu.

    Ses suivants

    Les cultistes de Xalarthu sont séparés en deux castes. La première caste, la plus nombreuse, est composée de tous les magiciens ayant quitté la voie de Céleste pour celle de Xalarthu. Il y a des mages désabusés, ayant usé avec excès de leurs pouvoirs, d’autres qui ne connaissent que la destruction. Certains mages ne prient même pas Xalarthu, mais seulement par leurs agissements et leur utilisation néfaste de la magie donnent-ils plus de force au démon. La deuxième caste est jeune et relativement nouvelle par rapport au reste des cultes de démons. Xalarthu n’a jamais été très enclin à donner de ses pouvoirs aux gens qui le priaient, mais voyant que son culte était par le fait même très faible, il a commencé à donner des pouvoirs à ses plus fidèles cultistes. Certains magiciens puissants renoncèrent même à leur magie arcanique seulement pour recevoir les pouvoirs de Xalarthu. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont une caste relativement nouvelle qu’ils sont moins forts. En effet, les cultistes de Xalarthu ont tendance à préférer la magie de distance même s’ils sont aussi aptes que n’importe quel cultiste au corps à corps. Il sont souvent vus comme une artillerie magique par les cultistes des autres démons tellement leur maîtrise des sorts de portée est grande. Mais le culte de Xalarthu a un défaut majeur : il n’est pas organisé. Chaque cultiste et chaque mage priant Xalarthu voulant être le plus fort et le plus puissant ont tendance à détester travailler ensemble, ce qui les place, en quelque sorte, en constante rivalité. En fait, le seul endroit où le culte est le moindrement organisé est en Mhor’Kar ; partout ailleurs, les suivants de ce démon refusent de collaborer ensemble, préférant s’allier à n’importe quel autre cultiste d’un autre démon… sauf bien sûr Mortis. De par ce fait, aucun temple de Xalarthu n’existe en dehors de la ville des Steppes désolées.

    Xalarthu et Bélénos

    En Bélénos le culte de Xalarthu par les cultistes n’est pas très répandu, mais les mages qui le prient volontairement ou non Xalarthu y sont très puissants. En effet, Bélénos étant souvent pour les mages une terre d’apprentissage, beaucoup deviennent facilement corrompus à force d’utiliser leurs pouvoirs à de mauvais escients, même s’ils n’en seront jamais vraiment conscients, ils donnent ainsi de la puissance à Xalarthu. Mais dernièrement, avec la remontée du culte de Mortis à Bélénos, il se pourrait que le culte de Xalarthu devienne plus présent simplement pour mettre des bâtons dans les roues du prince de la Mort.

    Auteurs : Inconnue