Récit de la guerre en confrérie Markelus

Cette page n’est plus d’actualité dans l’histoire de Bélénos. Il s’agit d’une archive historique.

À l’été 750, les tensions sont déjà vives à la frontière entre la confrérie Markelus et le Conclave impérial. Les Amaï et les troupes naines sont confrontés à un statut quo qui dure depuis longtemps et les troubles opposant Solèce à Terra Homines au nord ont permis au Conclave impérial de tourner leur attention à l’ouest.

Alors que des escarmouches attribuées aux forces de la seigneurie maléfique ont lieu profondément en territoire de l’Aurélius et de la Confrérie Markelus, les deux seigneuries de l’ouest, dont les relations sont pourtant instables, se voient obligés de s’allier afin de repousser les hordes du Conclave. L’objectif est clair, frapper durement pour affaiblir l’ennemi et le forcer à se replier.

C’est avec cette idée en tête que les généraux des seigneuries de l’est se réunissent dans un lieu gardé secret, en plein mois de décembre. Les généraux du Conclave feront de même mais avec une idée bien différente.

Une guerre semble de plus en plus inévitable dans le sud de la Confrérie Markelus. L’assaut par les forces d’Aurel d’Ardast ayant mené à la destruction de l’université Akuma en plein cœur du Conclave impérial lors du mois d’août dernier ont fait grimper la tension d’un cran. Les représailles contre l’Aurélius et la Confrérie ne se sont pas fait attendre et Markelus Vorokhev a demandé l’appui de ses voisins afin de démontrer la force et la détermination de leur seigneurie. Bien que la Jeffe Maximo Maximilienne est déclaré « qu’aucun homme d’Eseldorf ne mourrait dans cette croisade », le duc Amédée a répondu présent et la population de l’Aurélius comme celle de la Confrérie aura pu voir des déplacements de troupes vers la frontière sud.

Du côté du Conclave impérial, la réponse promet d’être tout aussi sanglante, des centaines de morts vivants et de guerriers ont été vus prenant d’assaut les deux principaux gués permettant de traverser la rivière Maxence à ce temps de l’année.

Les amaï ne seront certainement pas en reste, nos sources nous confirment que les troupes de Bran Wor’ge Quarth sont en marche.

-Camellia Arthuros,
envoyée spéciale pour le journal de Varrop

Dès la fin du mois de décembre, les troupes de chacun des belligérants se masse aux frontières. Les troupes du Conclave se massent près de la rivière Maxence et sous les collines hurlantes. Pendant ce temps, les troupes de l’Aurélius se dirigent vers le Sud dans l’objectif d’assurer la défense de leur voisin. Devant l’imminence d’une attaque, des forteresses sont vidées de leurs garnisons, Virodjev au nord et les forteresses naines de Maznu’Badar et Sulnadûm sont laissées vides alors que les hommes se replient en sécurité.

Les troupes Amaï ont tôt fait de profiter de la situation, Sassandra Sut’Rinos Hoctar positionne ses troupes dans Maznu’Badar alors que Sokram, consort d’Araka, prend possession de Sulnadûm à l’ouest en défaisant les quelques hommes envoyés dans l’urgence par Xaram Carderonne du Duché d’Aurélius. Sokram se voit cependant dans l’obligation de fermé les portes de la forteresse à l’arrivée de Sarianna de Méricourt qui se retrouve prise en tenaille entre la forteresse qu’elle venait défendre et les troupes de l’impératrice Araka venant du sud.

Au moment d’écrire ces lignes, l’information qui nous parvient du front indique que les forteresses naines de Sulnadûm et Maznu’Badar seraient aux mains des forces du Conclave impérial. En effet les bataillons nains qui devaient en assurer la défense se sont repliés vers leur capitale, Dum’Badar, dès la semaine du 20 décembre, laissant ainsi les forteresses vides.

Les Amaï n’ont pas tardés à profiter de la situation, prenant immédiatement position dans la forteresse de Maznu’Badar laissé vide, alors que les troupes dépêchées par Xaram Carderonne afin de reprendre Sulnadûm comme poste avancé auront à peine eu le temps de s’installer dans la forteresse avant d’en être délogé par les forces du général Sokram, profitant de la noirceur pour tailler en pièce les troupes ennemies.

Les combats font toujours rage, Sarianna de Méricourt et ses 250 hommes sont arrivés trop tard, se butant contre les portes clauses de la forteresse et doivent maintenant faire face aux troupes Amaï qui leurs ont tendu une embuscade et les attaquent tant de la forteresse que des tunnels avoisinants. Certaines informations laissent croire que l’impératrice Araka en personne serait à la tête de cette dernière troupe qui affronte actuellement les soldats de l’Aurélius à l’extérieur de la forteresse.

-Camellia Arthuros,
Envoyée spéciale pour le journal de Varrop

À la fin du mois de janvier 751, l’arrivée des troupes d’Honnar Charrence, Thomas Leredoutable et Aurel d’Ardast à Sulnadûm force Araka et Sokram à battre en retraite, le général Rânaak viendra couvrir leur fuite la semaine suivante, essuyant de lourdes pertes. Au même moment, des éclaireurs Amaï sont aperçus aux portes de Dum’Badar. Durant deux semaines des escarmouches auront lieu sporadiquement sans faire de victimes. Les tambours de Dum’Badar grondent et semblent jeter le trouble chez les troupes des elfes noirs.

Au même moment, c’est avec stupeur que la confrérie Markelus voit déferler plus de 1000 soldats et morts-vivants sur l’université d’Andrave au début du mois de février 751. Alors que le vent tournait au sud et qu’une victoire semblait possible, l’impensable se produit au nord et la citée se retrouvent encerclée de toutes parts.

C’est un grondement semblable au tonnerre que l’ont peut entendre d’aussi loin que Pontcaric aux dires de certains. Les nains de Dum’Badar se sont mis à battre leurs tambours jour et nuits et l’espoir renait au même rythme. Les forges rougeoient, on bat le fer, des centaines de tonneaux de bière ont été ouverts et les tambours battent le rythme de la guerre.

Il est maintenant sur que la forteresse de Sulnadûm est de retour aux mains des seigneuries de l’ouest grâce à l’intervention rapide des troupes d’Honnar Charence, Thomas Leredoutable et Aurel d’Ardast. Les troupes de l’impératrice Araka et de son consort ont du battre en retraite, alors que les éclaireurs elfes noirs aperçus près de Dum’Badar ont préféré rester loin des murs de la cité.

Plus au nord la situation est plus sombre. Plus de 1000 soldats et morts vivants ont déferlé sur l’université d’Andrave. Les troupes de sir Corbin Dempsey et l’intervention héroïque de l’aurore Raphael Bardet auront à peine suffit à permettre l’évacuation vers la capitale, les morts se comptent par dizaines.

À l’est, d’autres troupes du Conclave Impérial ont été aperçus, l’assaut contre la noble cité d’Andrave apparait imminent et les conséquences pourraient être sanglantes.

-Camellia Arthuros,
Envoyée spéciale pour le journal de Varrop

Ce qui semblait être une vague destructrice sans précédent s’abat finalement sur la cité d’Andrave à la fin du moins de février 751. Les conséquences seront bien moindre que ce que craignaient les autorités, l’armée du Conclave paraît hétéroclite et parfois désordonnée. Il ne faudra que 2 semaines pour que l’ensemble des troupes présentes soient mises en déroute. Malheureusement les troupes du Conclave auront détruit et pillé l’université d’Andrave avant de prendre la fuite et près de 500 hommes seront morts pour défendre la citée.

Plus au sud, les nains tentent une percée vers les territoires Amaï, leur avancée est stoppée nette au détour d’un couloir par la présence de soldats Amaï qui infligent des pertes légères à leur ennemi avant de battre en retraite.

La guerre des collines hurlantes serait-elle enfin derrière nous? L’assaut des forces démoniaques contre la citée d’Andrave, débutée au milieu du mois de février, s’est rapidement soldée par une défaite retentissante. Bien que l’on compte environ 500 morts du côté des forces coalisées de l’Aurélius et de la confrérie Markelus, le nombre de morts serait 3 fois plus élevé du côté du Conclave Impérial.

Les troupes du Conclave ont paru désorganisées lors de l’assaut contre Andrave. Les 1800 combattants attendus ont semblés hésiter, certains restant en retrait lors de l’assaut initial alors que d’autres battaient carrément en retraite.

Les renforts seront venus de partout pour porté main forte aux défenseurs de la cité. Les braves Héméric Bronas, Corbin Dempsey et Xaram Carderonne se seront lancé à la tête de leurs troupes vers un assaut sanglant, poussant les conclavistes à fuir vers les collines où ils sont actuellement pourchassés.

Cette victoire est cependant assombrie par la mise à sac de l’université d’Andrave qui devra être nettoyer, peut-être même reconstruite, après le passage des barbares du Conclave. Notons également que le seigneur Émile Koligaf est actuellement soigné à l’hopital d’Andrave après qu’un mur de la forteresse se soit effondré sur lui et ses hommes. Bien qu’il nous soit impossible de le confirmer, il semble que sa vie soit toujours en danger.

Plus au sud, notons une escarmouche entre les troupes du seigneur nain Logan Badar et une troupe d’elfes noirs dirigés par Lael’Frin, un amaï connu de la région d’Hyden.

À l’heure actuelle des négociations ont lieu entre les dirigeants de la confrérie Markelus et de l’Aurélius. Les gens de Markelus expriment ouvertement la crainte de nouvelles représailles malgré les pertes infligées à l’ennemi et il apparaît probable que des troupes de l’Aurélius resteront afin de défendre le territoire encore un moment.

-Camellia Arthuros,
Envoyée spéciale pour le journal de Varrop

La guerre des collines hurlantes abouti à une paix instable. Les forces du Conclave impérial sont en déroutes et affaiblies, celles de la confrérie Markelus trop peu nombreuses pour envisager une riposte décisive en territoire ennemi. Au début de l’été 751 les tractations ont toujours cours entre la confrérie Markelus et le duché d’Aurélius qui souhaite retirer ses troupes en raison des frais engendrés mais craint de devoir rebrousser chemin si les forces d’Andrave ne parvenaient pas à protéger leur territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>