Sous-section

Elfes

Sommaire

  • Description générale
  • Origine
  • Peuples
  • Langues
  • Relations avec les autres peuples
  • Description générale

    Les Elfes semblent généralement plus délicats et raffinés que les Humains. Un certain aspect magique semble les entourer. Ils sont imberbes, même pour les plus vénérables, mais le trait qui les différencie évidemment des humains est leurs oreilles pointues.

    Les Elfes vivent plusieurs siècles et sont très patients. Leur façon d’agir peut sembler assez abstraite aux yeux d’un non-elfe, mais ils sont clairement axés vers le bien et l’ordre, s’opposant toujours fortement aux démonistes et aux nécromanciens.

    Il existe 3 types d’elfes : les elfes communs, les elfes nobles (Noldors), et les clans d’elfes sauvages (Nandors). Les elfes communs reflètent la grande profondeur de la race, ils incarnent la saveur et la vivacité des elfes. Ils sont moins conservateurs que les Noldors et moins farouches que les Nandors. Ce sont ceux que l’on retrouve le plus souvent près des humains, car la fragile existence de ceux-ci a tout pour fasciner.

    Les elfes nobles se caractérisent par leur esprit avisé et leur volonté de persévérance dans le temps et l’histoire, gardiens du savoir et de la sagesse des elfes. Ils méprisent souvent les Humains à cause de leur propension à la destruction, et sont les plus sages, les plus avisés et les plus rares des elfes. (Ce type d’elfe est limité aux personnages possédant les pré-requis du système de nobles et champions et doivent être reconnus par l’organisation.)

    Les elfes sauvages sont les plus renfermés des elfes. Ils sont souvent perçus comme les prédateurs ultimes des forêts, silencieux, rapides, presque invisibles et mortels.

    Origine

    Les elfes sont le peuple de l’ordre créé pour cette fonction par les dieux créateurs. Ils sont fixes dans le temps, ils ne vieillissent que par esthétisme et seule la pure violence peut les tuer. Ils sont le bastion de la moralité, de l’art de la guerre et de la sagesse sur Illimune. Leurs savoirs, teintés des âges de la mémoire, est constamment en demande de la part des hommes, et les elfes, en bons parents d’Illimune, diffusent leurs savoirs aux méritants.

    Les elfes de Bélénos viennent de la Griffe de l’Ouest, de la Forêt Noire ou de Merelonwë, bien qu’après le couronnement de la reine des elfes, la radieuse Filmalia, plusieurs d’entre eux ont décidé de parcourir Ilimune et ses multiples nations.

    Peuples

    Il existe 3 types d’elfes jouables : les elfes communs, les noldors et les nandors. Au début, il n’y avait que des elfes uniformes dans leur individualité mais les guerres et l’avènement des dieux ont apporté une certaine classification des différents regroupements d’elfes. Outre les elfes communs, il y a les elfes nobles (noldor), ceux qui dans l’histoire elfique étaient les plus près du pouvoir et des usages de la cour, et les clans d’elfes sauvages (nandor) qui sont les elfes qui ont décidé avec l’avènement des saisons de s’installer loin de la cour et de protéger les forêts d’Illimune. Il y avait aussi les Istars qui aujourd’hui sont disparus. Les Maisons aux arcanes se sont vues corrompre avec la traîtrise de Amaï’ra. (Pour plus d’informations, allez à la sectionElfes noirs). Depuis peu (1500 ans), il y a aussi les elfes de Naithan qui s’auto-nomment les «Purs » et que les autres elfes surnomment les « traîtres aux leurs ». (Peuple injouable)

    Les elfes communs reflètent une grande profondeur, ils incarnent la saveur et la vivacité des elfes. Ils sont le fruit des chants anciens et leur mélodie rayonne de leur art. C’est de leur art que proviennent les plus belles et les plus élogieuses œuvres de la forêt noire. Leurs discours du beau, du bien et du juste les amènent à rechercher avec une fervente curiosité les nouveaux esprits. Ils sont moins conservateurs que les noldors et moins farouches que les nandors. Ce sont ceux que l’on retrouve le plus souvent près des humains, car la fragile existence de ceux-ci a tout pour fasciner.

    Les noldors

    Les elfes nobles se caractérisent par leur esprit avisé et leur volonté de persévérance dans le temps et l’histoire. Les nobles ont toujours eu tendance à décider du visage politique du royaume elfique. Le terme noldors, qui signifie la sagesse en elfique, en révèle long sur leur attitude au sein de la nation elfique. En tant que gardien du savoir et de la sagesse des elfes, les nobles occupent souvent les positions clés au sein des institutions elfiques et ce, depuis la chute du roi Maikaïon. Grâce à leurs positions privilégiées, les elfes nobles ne quittent que très rarement le royaume elfique. Ceux qui s’aventurent à l’extérieur sont des elfes très téméraires qui cherchent à contribuer à l’émancipation de la société elfique par la diplomatie, le commerce et le partage de connaissances, partage qui se fait souvent au profit des jeunes races moins illuminées. Ainsi tout elfe digne de la confiance du conseil a le privilège d’user du terme “noldor”; or, ce suffixe n’est que personnel et non transférable par l’hérédité. Les nobles sont malgré tout les elfes qui croient le moins en l’Homme, il les méprisent souvent à juste titre à cause de leur propension à la destruction, qui rappelle celle de toutes les autres simili-races de racailles. Les elfes nobles sont très respectés au sein de la nation elfique de par leur infinie sagesse, mais l’événement avec Fuin Dagnir a terni leur hégémonie. Ils sont supérieurs en nombre au Conseil des sages. Les nobles sont faits pour diriger les elfes, ils sont les plus sages, les plus avisés et les plus rares des elfes. (Ce type d’elfe est limité aux personnages possédant les pré-requis du système de nobles et champions et doivent être reconnus par l’organisation.)

    Les nandors

    Les elfes sauvages sont les plus renfermés des elfes. Ils sont souvent perçus comme les prédateurs ultimes des forêts, silencieux, rapides, presque invisibles et mortels. Ces elfes, comme leur nom l’indique, sont sauvages et souvent dangereux. Ils prient Gaea et s’organisent de manière clanique tout en essayant d’avoir le moins de contact possible avec les autres races. Dès l’apparition de la race humaine, ils refusèrent tout contact avec les hommes, car chaque arbre qu’ils coupaient pouvait être l’un des leurs. Les elfes sauvages se sont longuement senti bafoués par les nobles puisque ces derniers ont accepté de léguer des parties de la forêt aux humains. L’âme des sauvages a toujours été celle d’un arbre, d’un animal, d’une plante ou d’un élément, ils vivent pour et par la forêt. La protection de Taurë Aglareb (la forêt initiale qui occupait pratiquement tout Illimune) est leur destinée, leur tâche en ce bas monde, maintenant plus que jamais.. Depuis la deuxième venue de Mortis, les elfes sauvages considèrent les nobles comme des lâches qui ont préféré se cacher derrière une épée sanglante plutôt que de combattre l’ennemi, mais ils respectent tout de même amèrement un peu leur sagesse, spécialement depuis le décret de la lumineuse reine Filmalia qui gonfla leur rang, leur permettant de veiller, de concert avec les différents cercles druidiques, aux forêts de tout Illimune. Par ailleurs, les elfes sauvages sortent très rarement des forêts et les protègent jalousement. Pour un sauvage, toutes les autres races sont corrompues.

    Tous les elfes, hormis les nandors qui eux ont une organisation clanique très simple et libertaire, font partie d’une des trois grandes maisons elfiques. Chaque maison est constituée d’un savant mélange de puissance militaire, de savoir arcanique et de sagesse divine afin de ne jamais être prise au dépourvu comme par le passé. De la sorte, toutes les maisons représentent une armée aussi terrifiante que majestueuse. Chacune misant sur certains aspects clés de la société elfique. Chaque maison représente en quelques sorte une grande famille très large. Ces familles sont plus, depuis la réorganisation de la reine, à titre indicatives. De toute façon, la longévité des elfes leur confère une manière de concevoir la famille de manière bien différente des humains. Pour eux la famille est secondaire par rapport à la maison à laquelle ils appartiennent, puisque les vrais liens sont ceux qui sont créés au fil des siècles. Les trois maisons du royaume elfique représentent chacune une des flèches de Sylva.

    • Herth Pilin misilya (Maison de la flèche argentée)
    • Herth Pilin úruva, (Maison de la flèche ardente)
    • Herth Pilin idril, (Maison de la flèche étincelante)

    (plus d’informations sur les maisons sont disponibles sous le royaume elfique)

    Les clans des nandors n’ont pas été recensés puisque leur nombre et leur constitution varient aux aléas des saisons.

    Langues

    Les elfes parlent tous l’elfique, une langue douce et mélodieuse très difficilement maîtrisable par les non-elfes. Ils ne la parlent que très rarement en dehors de leur forêt. Pour cette raison, les elfes apprennent les langues du reste d’Illimune, tel le tweel (français), le Khalonnien (Anglais), et même parfois le nain, afin de pouvoir converser avec eux. Les elfes étant très orgueilleux, ils n’hésiteront pas à prendre quelques dizaines d’années pour maîtriser une langue à la perfection avant de sortir de leur forêt pour discuter avec un étranger.

    Relations avec les autres races

    Rares sont les eldars qui développeront un fort lien pour un non-elfe, puisque la courte longévité des jeunes races en fait de bien piètres compagnons. En termes simples, peu d’elfes souhaitent subir le chagrin de la perte d’un ami, de ses enfants, petits-enfants et petits-petits-enfants, alors aussi bien éviter les liens trop intenses avec les jeunes races.

    En ce qui a trait aux rapports avec les chapardeurs, les eldars aiment bien en général leur attitude bon enfant, bien qu’ils trouvent que ces derniers causent légèrement trop de pagaille sur leur passage…

    Pour ce qui est des nains, leur attitude est plus cordiale qu’elle ne l’eût été par le passé, mais les rapports sont quand même très froids. En général, une hargne assez vive anime les discussions entre les deux races, souvent pour des anciennes querelles oubliées des deux côtés… Les elfes trouvent généralement que les spoliateurs exercent une trop forte pression sur les ressources d’Illimune. Les nains sont pour les elfes une source de consternation; bien qu’ils aient tous deux une longue espérance de vie, leurs conceptions de celle-ci diffèrent radicalement. L’un s’acharne au travail alors que l’autre ne travaille que lorsqu’il le doit vraiment. La fixation des nains pour les lignes droites, les angles et les constructions solides est très étrange pour les elfes qui eux sont plus sensibles aux courbes organiques et aux lignes sinueuses.

    Les elfes et les hommes-lézards n’entretiennent que très peu de relations, si ce n’est que pour contrecarrer les efforts des races maléfiques. Certains elfes sauvages sont plus près des hommes-lézards qui vénèrent Gaea.

    Les races maléfiques et les eldars partagent une très riche histoire de haine sans pitié. Ils sont prêts à maints sacrifices pour voir la disparition des verts de la surface d’Illimune. Comme le témoigne les efforts du royaume elfique lors de l’assaut de Vozdth de 747. Leur longue relation avec leurs cousins elfes-noirs est aussi extrêmement sanglante. Jamais les eldars ne pourront à nouveau entretenir de bonnes relations avec des êtres aussi corrompus par leur vile démone…

    Pour des informations complémentaires sur les elfes à Bélénos cliquez ici