Finalité d’Hyden

En bordure de la rivière Nicolet, lundi le 8 septembre 751

Il est rare en ces terres que ce qui est prévu arrive exactement comme c’est prévu. En effet, la caravane de réfugiés, financée et organisée par Tancrède Baker partit vers 14h30 avec quelque peu de retard. De nombreux citoyens avaient par ailleurs déjà évacué, ce n’était, directement d’Hyden, qu’une centaine de réfugiés qui ont emprunté la caravane; parmi eux la Faction des Soins, Marussia, le Tome, la BC-E et la BC-I, ainsi que les 1000 voyageurs et les Cornoirs. Certains autres ont carrément décidé d’emprunter leur propre chemin, l’Archelune et l’ordre druidique furent aperçus quittant vers la Griffe de l’Ouest. J’ai même pris l’initiative de marcher vers les secteurs contrôlés par les forces démonistes et je fus bien surpris de voir que bien que la plupart d’entre eux avaient quittés vers les Terres Maudites ou le Conclave Impérial, d’autres plus téméraires décidaient de rester et s’apprêtaient à renforcer leur forteresse. En toute logique bien sûr, je ne me suis pas attardé dans le secteur.

C’est donc au crépuscule qu’on entendit la terre trembler, nous étions restés que cinq personnes avec moi à Hyden. Une armée si grande était en marche qu’on entendait le bruit de leur pas et leurs cris de rage à des lieux d’ici. Nous avons décidé de nous sauver dans la forêt. Ce devait être bien drôle de les voir arriver sur un village complètement désert. C’est lorsqu’ils arrivèrent vers les forteresses maléfiques que nous avons entendu des bruits de combat durant à peine deux heures. Inutile d’aller vérifier, il est évident que les prophètes et leur armée n’ont laissé derrière eux que désolation et mort.

Malheureusement pour moi et mes quatre amis, l’armée des prophètes a établi son camp directement à Hyden. Dès que je terminerai ces lignes, nous serons contraints de quitter, non sans larmes, notre patelin qui avait vu tant de nos aventures, de nos joies et de nos peines. Ainsi, les derniers Hydenois quittèrent leur demeure avec mille projets inachevés en tête…