Valeurs de la seigneurie

  • Noblesse : Les dieux ne nous ont pas faits égaux. Ainsi, il appartient aux meilleurs de protéger les autres. Cette valeur est dans le sang et instaure ainsi l’ordre social voulu par les dieux. Celui qui s’est vu placé au-dessus des autres se doit d’agir avec honneur et sagesse.
  • Honneur : Les Aurélois sont braves et fiers en tout temps. Ils se doivent d’inspirer le respect et la confiance par leur comportement honorable.
  • Foi : Les Aurélois sont pieux et dévots, reconnaissants de tous les dieux honorables d’Illimune. Ils savent qu’il est de leur devoir de réaliser la volonté divine sur terre et de combattre les hordes du Mal et de Chaos.
  • Fidélité : Les Aurélois sont fidèles à leurs serments; ils honorent leur seigneur et les exigences de l’esprit chevaleresque. Ils s’engagent à protéger leurs vassaux; ils jurent de travailler pour le peuple, de protéger les familles, ainsi que ceux qui dépendent d’eux avec honneur, constance et courage.
  • Vaillance : Un Aurélois ne se laisse jamais abattre, il est tenace et peu importe les obstacles qui se présentent devant lui, il cherchera le moyen de les surmonter. Il persévère dans l’adversité avec vaillance.

Géographie

Le Duché d’Aurélius est très certainement la plus grande seigneurie de Bélénos, même si le Conclave Impérial convoite ce titre. La seigneurie couvre d’ailleurs tout le nord-ouest bélénois. Ses nombreuses ressources en assurent la prospérité.

Le Duché est bordé à l’ouest et au nord par le Saint Empire de Twyden. La frontière naturelle avec l’Empire est constituée de collines reconnues sacrées par les Tweeds. Au nord-est et à l’est, suite à des accords survenus entre 748 et 750, le Duché autrefois délimité par la rivière Maxence, déborde un peu de l’autre côté, incluant maintenant le nouveau comté de la Bastide et le territoire de Plessis-Bourré. Au-delà se trouvent la Cité d’Eseldorf, maintenant dans l’Alliance de Solèce, et les anciennes terres de Gudrun, annexées par les Terres des Brumes. Au sud, ce sont les collines de la Confrérie Markelus, au-delà du Château Laflèche et de Valaine, qui forment la frontière physique. Ces collines sont disputées par les elfes noirs dont le territoire est attenant et s’étend du sud au sud-est, jusqu’à la rivière Maxence de nouveau. Il n’est donc pas rare que les Aurélois du sud aient à combattre les incursions de ces viles créatures. De fait, la ville la plus au sud est Valaine, nichée près des monts Gripsic, tandis qu’au nord il s’agit de Plessis-Bourré, dernier port du Duché. Sa ville la plus orientale est la Bastide, située de l’autre côté des rives de la Maxence.

Le milieu du Duché est parcouru par la rivière Aurélius, la rivière dorée, qui provient de Twyden au sud-ouest et remonte vers le nord-est en encerclant la capitale d’Héodim. L’Aurélius termine son chemin en se jetant dans la Maxence qui longe Plessis-bourré avant de traverser le Yarbrield. Bordé de collines à l’est, au nord et au sud, le Duché est en fait une vallée fertile où coulent l’Aurélius et la Maxence. Ces rivières assurent le commerce au travers le Duché, mais aussi avec l’Empire par l’Aurélius et avec Lausargne, par la Maxence. Le Duché est également traversé de part en part par la célèbre Route du Roy.

Grâce à sa position privilégiée et aux deux rivières qui le traverse, le Duché d’Aurélius bénéficie d’une agriculture riche et variée et d’un couloir commercial exceptionnel. La prospérité de la seigneurie est ainsi facilement explicable. L’Aurélius bénéficie également d’élevages importants et de quelques mines dans les collines qui bordent la vallée.

Population

Avec 16 000 habitants, le Duché des Aurélois a une population similaire à celle des autres seigneuries. Elle compte également une forte urbanisation.
Les Aurélois constituent certainement le peuple le plus diversifié des Terres de Bélénos. Contrairement à d’autres seigneuries et malgré l’alliance avec la Bastide, les Aurélois ne sont aucunement xénophobes et acceptent volontiers les étrangers dans toutes les couches de la société, dans la mesure où ceux-ci participent au rêve d’unification du pays. Il y a donc de nombreux Bélénois (de plus d’une génération), des Impériaux, des Urdiens, des Khalonniens, des Argyliens et des Nordiques. La seule exception sont les Galléonites de l’Ouest, envahisseurs de Bélénos et autrefois ennemis jurés des Héodois. Malgré le récent apaisement entre Usire et Galléon, ils sont toujours vus avec mépris et méfiance.

Quant aux Bélénois du Duché, la plupart sont d’origine impériale étant donné la proximité avec l’Empire. Plusieurs sont des descendants des colons arrivés en 675 et de leurs escortes (notamment les La Trémoille et les réfugiés de Dunelance). Ces familles sont donc intégrées à Bélénos depuis trois générations. Le Duché compte néanmoins d’autres Bélénois de plus ancienne souche, notamment à Vertalia qui remonte à six ou sept générations. Enfin, il y a la famille de la duchesse, les Penthièvres, dont les origines remontent au premier royaume de Bélénos (avant l’avènement de l’Aédon).

Lieux importants

Étant donné la prospérité du Duché, sa population est fortement urbanisée et compte de nombreuses villes d’importance.

Héodim

Ancienne capitale du Bastion bélénois et siège du Conseil d’Héodim, la cité du même nom est la plus importante cité du Duché. Érigée en comté durant la Guerre de Seigneurs, Héodim a une population de plus de 4000 habitants et sa position stratégique en fait le carrefour commercial le plus important de Bélénos. La cité sert de capitale au Duché.

La Bastide

Fraîchement entré dans le Duché, le comté de la Bastide est le siège des dignitaires de la Cause bélénoise associée au mouvement du Souffle du peuple. Plus modérés que la plupart des révolutionnaires du Souffle du peuple qui ne souffrent ordinairement pas les distinctions sociales telle que la noblesse, les dirigeants de la Bastide considèrent que la Cause ne peut s’offrir le luxe de se marginaliser en refusant d’aller chercher des appuis chez les seigneurs. Ainsi, suite à la dissolution des Cités de l’Ordre et à des négociations avec le duc Amédée, Baptiste Delavigne, maintenant comte de la Bastide, a ratifié un accord qui intégrait les territoires sous sa charge au Duché de l’Aurélius. Il va de soi que la population de la Bastide reste composée d’idéalistes bouillants qui portent en eux l’espoir d’un pays bélénois.

Vertalia

Important village situé sur la Maxence, il est reconnu pour sa piété aédonite, ses chevaliers de la fleur de lys et son Lycée qui sert de campus à l’Université d’Héodim. Le baron de Vertalia est Sir Corbin Dempsey et l’économie locale est surtout agricole, puisque le territoire peut profiter des riches terres qui bordent la rivière Maxence. Sur le territoire de Vertalia se trouve aussi l’abbaye de saint Gueltier qui abrite l’Ordre des ailes d’Usire créé par le champion Y. le Rouge.

Valaine

Seigneurie de sir Ghoran Carderonne, Valaine est la dernière cité auréloise avant les frontières de la Confrérie Markelus et les collines infestées d’elfes noirs. Elle produit principalement de la laine, du fromage, du lait et de la viande. Enrichie pendant deux ans par l’élevage des moutons, Valaine est désormais un bastion militaire fortifié et un point de défense stratégique, car elle se trouve sur la frontière la plus problématique du Duché. L’endroit est, en somme, excellent pour permettre aux jeunes gens de forger leur caractère et de faire leurs premières armes dans l’art de la guerre.

Hautlangeois

Siège des vicomtes de La Trémoille, ce bourg contrôle le trafic sur la Route du Roy et reçoit les célèbre Foires de Tharos. Il s’agit donc d’une ville commerciale très animée, où les échanges sont florissants, et qui prospère sous l’œil vigilant et bienveillant des La Trémoille. On y rencontre une grande diversité de population que les voyageurs viennent enrichir périodiquement.

Plessis-Bourré

Port fluvial situé à la pointe nord du Duché sur la Maxence; autrefois considéré peu important, le duc et les barons Durance en ont fait le point de jonction entre le Duché et la Baie maltaine, avant que le territoire ne soit contesté puis occupé par Gudrun. Ce n’est que depuis peu que Plessis-Bourré a pleinement réintégré le Duché, suite à un accord coûteux avec le seigneur Hutgaart Dragsson Svensson de Gudrun. La population qu’on y retrouve est donc un mixte tendu d’Aurélois et de nordiens.

Politique

Le très noble Duché de l’Aurélius est dirigé par la fleur de la noblesse militaire des Terres de Bélénos. Ce sont ces valeureux héros, qui ont livré combat contre les forces du mal, qui rendent justice et assurent la prospérité des Aurélois.

Le Duché est divisé en de nombreux fiefs où règnent les nobles garants de la paix. Le plus important est bien sur sir Amédée, duc des Aurélois et comte d’Héodim. Vient ensuite le comté de la Bastide, dirigé par le comte Baptiste Delavigne, et les terres des prestigieux vicomtes de La Trémoille. Chacun a sous sa dépendance nombre de barons qui se partagent les terres. Ces barons ont droit de justice sur les terres dont ils assurent la protection. Toute doléance leur est d’abord adressée. S’ils ne peuvent trouver un arrangement satisfaisant, la cause est portée en appel au duc ou au marquis qui sont l’ultime recours juridique. Les barons sont également ceux qui doivent maintenir l’ordre et lutter contre les brigands et autres malfrats. Lorsqu’un coupable est condamné à mort, ce sont les comtes et les barons eux-mêmes qui mènent l’exécution, comme le duc Lanfranc lorsqu’il décapita Herold le Galléonite en 743.

En échange de ces terres dont ils jouissent, les barons et les comtes doivent aide et conseil au duc. C’est-à-dire qu’ils répondent à son appel lorsqu’il les convoque à sa cour et qu’en cas de guerre, ils lui doivent le service militaire. Les multiples barons aurélois ont sous leurs ordres des chevaliers et vavasseurs (seigneurs terriens) qui doivent suivre leur baron à la guerre lorsque le duc le commande. Ces liens réciproques entre le duc et ses vassaux sont noués durant la cérémonie de foi et d’hommage où le baron reconnaît qu’il est « l’homme » de son seigneur et qu’il fait serment de fidélité sur les reliques divines.

Pour les décisions majeures du Duché, sir Amédée convoque toujours le Conseil des Pairs réunissant la duchesse, les marquis, leurs barons, mais aussi d’autres personnalités notoires du Duché. C’est ce sage Conseil qui décide par exemple de l’entrée en guerre du Duché ou de l’ouverture des routes commerciales. Il a notamment décidé d’instaurer une sainte inquisition afin de débusquer les priants d’Amaï’ra et de Noctave qui auraient infiltré le Duché.

Le sacre ducal

Il est essentiel de noter que tout ce système féodal fut établi en sa forme actuelle suite à l’instauration du sacre ducal, un processus religieux, arcanique et politique établissant les bases de l’autorité du duc Lanfranc et par la suite de son fils Amédée.

Grades, titres et noblesse

Le Duché suit une stricte hiérarchie féodale militaire de droit divin. Cette structure est dynamique et il est possible d’y monter ou d’en descendre. Les principaux moyens d’ascension sont l’anoblissement, la chevalerie, la sainteté (guerrier ou mage saint), l’archi-arcanisme, les mariages ou l’adoption (tel Xavier de La Trémoille). Une fois un titre atteint, il vient avec des privilèges et obligations de plus en plus importants qui sont héréditaires.

  • Duc
  • Marquis
  • Comte
  • Baron
  • Chevalier
  • Bachelier
  • Vavasseur
  • Citoyen
  • Non-citoyen

Les familles nobles actuelles

La noblesse est partagée par un cercle privilégié de grandes familles dans l’Aurélius, tous représentent celle-ci à leur façon. Chacune de ces familles s’élargit également à sa façon au gré des naissances et des adoptions. Il n’est d’ailleurs pas rare que les personnages les plus en vue de l’Aurélius courtisent ces grandes familles afin d’en devenir les dignes membres et représentants. Tous n’y ont cependant pas accès, chaque famille gardant jalousement ses propres jardins secrets.

Les Tournaye de Penthièvres

Famille argylo/bélénoise dont est issu le Duc Lanfranc et ses enfants. Loyaux et honnêtes, les Tournaye sont également réputés pour leur sens du politique et un certain machiavélisme bien argylien. Territoires: Duché d’Aurélius.

Les Carderonne

Riche famille marchande urdienne qui a développé les Collines hurlantes en 743-44. Ses membres sont d’habiles négociants, mais sans scrupules. Territoires: seigneurie de Valaine.

La Dynastie Durance

Famille impériale qui s’est démarquée par ses faits d’armes en Bélénos. Les Durance sont reconnus pour leur courage sans limite et leur sens de l’honneur inégalé. Territoires: baronnie de Drake et d’Asterling.

Les Dubrouillard

Famille née du mariage entre l’archimage Nessa Dubrouillard et du baron et chevalier Baptiste, deux héros du secteur Hyden. Nessa Dubrouillard a récemment été élevée au titre de Grande sagesse de l’Aurélius et marquise de Maillence. Territoires: Marche de Maillence.

Les Méricourt

Famille d’orphelins élevés par l’hospitalier Philippe de Méricourt. Fervent chevalier de Vaul, il éleva ses filles et fils selon les préceptes de l’honneur et de la bravoure vauliste. Aujourd’hui la plupart des Méricourt se sont tournés vers Usire. Territoires: baronnie de Méricourt.

La Trémoille

L’une des plus anciennes familles en Aurélius, grands amis du duc Lanfranc et fervents porteurs de la cause auréloise, ses membres sont aussi d’ardents défenseurs de la foi aédonite. Territoires: Vicomté de la Trémoille et Hautlangeois.

Les Delavigne

Dirigée par le comte Baptiste Delavigne, la famille Delavigne est la toute première famille qui a été anoblie par le nouveau duc Amédée. Le nom « Delavigne » est un nom très répandu dans Bélénos, car c’est une famille ancestrale et originaire des terres. Ses ramifications sont assez nombreuses et on retrouve une grande influence de leurs membres dans le Souffle du Peuple. Toutefois, les Delavigne qui suivent le comte Baptiste ont choisi de prêter allégeance au duc de l’Aurélius au nom d’un Bélénos bélénois. Territoires : La Bastide.

Commerce

Grâce à sa frontière avec le Saint Empire, le Duché d’Aurélius bénéficie d’une prospérité commerciale inégalée pour une seigneurie bélénoise. Quand les relations sont bonnes, le Duché profite donc des prix les plus bas pour toutes les denrées impériales et urdiennes (qui arrivent désormais directement au port fluvial de Plessis-Bourré). Ceci permet la tenue d’importantes foires commerciales à chaque année.

Enfin, le port fluvial de Plessis-Bourré permet désormais aux marchands aurélois de traiter directement, par mer, avec Lausargne. Le transport par barge sur l’Aurélius ne cesse d’ailleurs d’augmenter avec l’Empire. Cette voie est devenue la plus importante de tout Bélénos en termes de tonnage de marchandises.

Militaire

Tout noble baron de l’Aurélius se doit d’assurer la défense de ses dépendants et ses terres. Ainsi, il organise la levée de troupes, leur entraînement et s’attache de vaillants mages et chevaliers à sa mesnie. C’est son droit de ban. Chaque baron est donc le commandant de sa propre troupe et il est de son devoir de les mener à la victoire. Les contingents aurélois sont donc constitués de ces troupes seigneuriales. Alors que les barons fournissent chevaliers et mages, chaque bonne ville doit également fournir des troupes à son seigneur. Celles-ci sont surtout constituées d’archers, arbalétriers, piquiers et de clercs (notamment le très saint bourg de Vertalia). Quant aux fertiles campagnes auréloises, ses habitants fournissent le reste de la soldatesque, coutiliers et fantassins légers.

La compagnie de chaque baron varie donc en fonction de ses terres. Les Durance ont davantage des chevaliers et troupes lourdes et Héodim des arbalétriers. Ces courageux combattants aurélois sont sous l’ultime commandement de sa Grâce, le duc, qui peut ainsi lever l’Ost ducal. C’est à ce moment que les barons mènent leurs chevaliers, archers et piétaille à la guerre contre les viles forces démoniaques ou hérétiques. De tous les seigneurs, ce sont les bans du duc Amédée qui sont les plus importants.

Religion

Contrairement aux autres seigneuries, le Duché d’Aurélius est très tolérant envers toutes les divinités hormis Galléon, encore considéré comme un envahisseur étranger. Le culte principal est celui d’Usire, mais les autres dieux ne sont pas considérés comme inférieurs. Le culte d’Usire diffère donc grandement de celui de l’Empire ou de Solèce et c’est l’ordre de saint Guelthier qui domine.

Il y a également un culte de Gaïa non négligeable dans les bois autour du Château Laflèche. L’ancien culte de Tharôs et de Muse a été remplacé par celui des Sibylles dont les prêtres président désormais les carnavals, les mascarades et les foires (quoique ces dernières se nomment toujours Foires de Tharos). Vaul a naturellement été remplacé par le culte d’Usire même s’il laisse ses traces (tels les Champs de Vaul), mais la rumeur court que de nombreux vaulistes se seraient convertis à Ayka, notamment dans leur désir de combattre les elfes noirs du Conclave impérial. Enfin, Golgoth a de nombreux priants en Aurélius étant donné qu’on y retrouve l’importante abbaye de Valdis Lovoth. Suite à leur récent succès contre Chaos, les prêtres de Golgoth sont mieux considérés, en autant qu’ils ne prônent pas la neutralité pour trafiquer avec les cultistes.

En tant que seigneurie pieuse, le Duché d’Aurélius traque les cultistes de Noctave et d’Amaï’ra. Ces derniers représentent la principale menace au Duché en plus du fait que Noctave est l’opposé direct d’Usire et qu’Amaï’ra est la patronne des elfes noirs qui rôdent près des frontières sud. Depuis quelques années, les nécromanciens ont aussi instillé une paranoïa contre eux et une inquisition les traque désormais sans pitié. Associés aux Nakamura, les Shataïens sont désormais également regardés avec suspicion.

Magie

La magie arcanique est un savoir hautement prisé et encensé dans le Duché. La Grande sagesse de l’Aurélius, l’archimage de renom Nessa Dubrouillard, dirige d’ailleurs la prestigieuse Université d’Héodim, qui accueille un grand nombre d’aspirants mages.

Fêtes

Les principales célébrations sont celles autour des tournois organisés sur le Champ de Vaul. Ces tournois sont tenus au début de la belle saison, pendant les foires et juste après les récoltes.

Les foires commerciales sont également dédiées aux Sibylles, protectrices des marchands; elles sont parsemées de fêtes et carnavals. Elles se nomment toujours les Foires de Tharos.

Saint Guelthier est honoré pour son martyr à la date de sa mort, le 8 juillet. Après les fêtes dédiées à Usire, c’est la fête la plus importante des Aédonites d’Héodim.

Le 5 août est le Triomphe d’Héodim dédié à la mémoire des batailles de Vertalia et de Maillence, qui se sont toutes deux déroulées à cette date.
Le Solstice d’hiver est désormais reconnu comme jour du sacre du duc et est maintenant considéré comme une célébration.

Relations avec les autres seigneuries

Alliance de Solèce : Neutres – Il y a quelques divergences de vue sur la structure que doit avoir une société et sur qui doit la diriger, mais les relations ont toujours été plutôt cordiales en raison d’une foi aédonite partagée par Solèce et une bonne partie de la population auréloise.

Markelus : Neutres/Tendues – L’allié d’hier est l’étranger d’aujourd’hui. Entre 748 et 750, suite au départ du duc Lanfranc et à la succession de son fils Amédée, les relations avec Markelus se sont envenimées jusqu’à la sécession des territoires de ce dernier du Duché d’Aurélius. Il n’y a pas là de quoi faire la guerre, toutefois, et les plus grands savants des deux seigneuries ont encore maints contacts.

Griffe de l’Ouest : Neutres – Les vieilles querelles dorment bien. Le conflit entre le seigneur Lanfranc de l’Aurélius et le seigneur Sryou de la Griffe de l’Ouest, du temps de la régence il y a quelques dizaines d’années, semble définitivement être chose du passé, surtout depuis qu’Uldor a repris le contrôle de la Griffe. De ce fait, plus rien n’empêche les rapports cordiaux, qui sont toutefois à développer.

Terra Homines : Neutres/Tendues – Les seigneurs de l’Aurélius, le père en exode comme le fils qui dirige maintenant, sont des aédonites très pieux, ainsi le galléonisme de Terra Homines est quelque chose qui dérange. Ils ne seront jamais spontanément des alliés.

Conclave Impérial : Ennemis – Ces priants de démons doivent être combattus avec l’énergie infatigable du juste jusqu’à leur destruction totale et définitive.

Terres Maudites : Ennemis – Ce territoire est envahi des pires vermines et abominations que la terre a portées, il va de soi qu’il doit absolument être purifié de toutes ces engeances.

La Redoute Marniet : Ennemis – Le seigneur Lanfranc a dénoncé pendant des années l’infamie de Nikolaus Marniet, l’accusant sans relâche de s’adonner au démonisme. Maintenant, ce dernier est mort mais sa traîtrise à l’humanité est dévoilée et perpétuée par son ancienne maîtresse.

Eseldorf : Neutres/Tendues. Il n’y a jamais eu de grand amour entre les deux sociétés, surtout à cause des grandes divergences d’opinion sur la magie arcanique. L’Aurélius accorde une place de choix au développement du savoir arcanique.