Valeurs de la nation

Comté de Prospérance

Dirigé par Charles F. Arkson, le territoire est souverain depuis sa conquête par une armée Nordienne.  Ses habitants ont cru au départ que l’envahisseur ne désirait que piller ses richesses.  Ce ne fut pas le cas, l’armée de conquête se transforma rapidement en armée d’occupation puis entrepris d’investir le domaine publique en imposant de ses membres aux différents postes de gestion.  Les envahisseurs ne semblent pas communiquer avec leur patrie d’origine de manière soutenue.  Ils ne revendique d’ailleurs pas le territoire au nom du royaume du nord.  Leur motivation demeure donc pour l’instant très ambiguë.

 

Géographie

Numéros de Baronnie : 194 Fortsand-195-202-203-204-211-212

La frontière nord-est du comté de Prospérance est aride et hanté à la manière de son voisin le comté du Seuil.  La forêt verdoyante de la cour elfique traverse sa frontière sud, l’ouest est bordé par le Fleuve Maxence dont le cour à cet endroit est calme et le lit profond.  C’est l’ouest du comté qui est le plus populeux.  La baronnie de Fortsand et les deux qui lui sont adjacentes possèdent des terres riches et fertiles bien qu’à la fois mal irrigué et drainé.  Une décennie de dur labeurs a permis au comté esclavagiste de créer un ingénieux réseau hydrique qui permet de pallier à ces  problèmes, mais demande pour être usité efficacement une grande quantité de main d’oeuvre.

Pour bien visualiser le comté de Prospérance, cliquez ici.  

Pour une vision complète de ses baronnies, cliquez ici.

Frontières et territoires

Situé à l’extrème sud de Bélénos, le comté de Prospérance possède des frontières avec le royaume de Dagoth, la cour Elfique, le royaume d’Aurélius, bien que séparé par un fleuve, et bien entendu Varrop, une province du Saint-Empire de Twyden.  C’est pour la proximité avec ce pays que les nordiens ont envahie le sud de Bélénos pour s’y établir en 767.

Ressources et lieux physiques

Grâce à sa position privilégiée et aux deux rivières qui le traverse, le Royaume d’Aurélius bénéficie d’une agriculture riche et variée et d’un couloir commercial exceptionnel quand il n’est pas entravé par toutes sortes de circonstances. La prospérité du Royaume est ainsi facilement explicable. L’Aurélius bénéficie également d’élevages importants et de quelques mines dans les collines qui bordent la vallée.

Population

Avoisine les 10 000 individus.  De ce nombre, 2 000 proviennent du Royaume du Nord, ce sont tous des humains, en grande majorité des hommes liés dans une quête ou se mêlent convictions religieuses et désire de gloire personnel.

Structure du royaume et lieux importants

À définir

 

Lieux importants :

Fortsand (baronnie numéro 194)

(baronnie numéro 194)

Capitale du territoire cette ville tente encore de retrouver sa grâce d’avant son déclin qui eut lieu voilà près d’une centaine d’années déjà.  On y retrouve encore quelques tours effilés, des flèches de calcaire jaune qui percent le ciel de traits pouvant atteindre 30 mètres de haut.  Pour chaque tour qui nargue le passage du temps, trois sont amputés à différentes hauteur, leur sommet gisant à leur pied, brisé, ou intégrés dans un ou plusieurs logement plus récent.  Fortsand joui d’un passé empreint d’énigme.  Ses 5 000 habitants ne manquent pas d’espace, la ville semble conçu pour en abriter le double et encore, des vestiges témoignent d’un lointain passé urbain jusqu’à loin dans la campagne environnante.  Paradoxalement, tous les aménagements plus modernes ont été réalisés pour maintenir un cœur défensif très petit qui lui peine à contenir la population.  Toutes les infrastructures en dehors de ce périmètre ont étés détruites ou fortement abîmés, les puits comblés et de nombreuses tranchées d’eau stagnantes creusée.  Des travaux de réhabilitation de la périphérie brisée ont été entrepris en 765, sans hâte ni conviction, personne ne souhaitant réellement payer les frais associés à une telle tâche. Ils furent abandonnés à l’annonce de la  guerre.

Politique :

Peu de chose ont transpiré depuis al conquête du Comté.  On sait qu’un gouverneur y a été nommé.  Il s’agit de Charles F. Arkson, Gardien de l’ordre lunaire de Galléon.  Lors d’une séance de question avec les natifs de la région il aurait indiqué que sa fonction le plaçait au dessus des barons des comtes et des ducs de la région.  Plus tard, il revint sur ses parole et s’attribua les titres de comte de Prospérance et baron de Fortsand.

Situation politique intérieure

À Définir

Commerce

À Définir.

Militaire

Une grande méconnaissance règne à propos des intentions des galléonites occupant présentement le comté de Prospérance.  Ils se sont installés à l’extrémité sud du pays pour mener des raids sur l’empire, mais ces raids ne se sont pas encore concrétisés. Leur priorité du moment semblerait bien de trouver un moyen de pallier à la fuite des esclaves qui doivent semer les champs lorsque le printemps reviendra. Ils sont dirigés par une femme : Ylgrive Rasmussen Viatsson surnommée ‘’La peste’’.  Bien qu’elle ne soit pas comtesse, c’est assurément elle qui tient les reine du pouvoir dans le comté.

L’armée avoisine les 2 000 soldats, ce qui implique qu’un habitant sur 4 fait parti de l’armée. Ce ratio (Soldats/habitants) est beaucoup trop élevé pour être viable.  Les voisins du comté attendent avec appréhension de voir comment la situation évoluera.

Religion

Il existe un vrai clivage entre la culture et la religion des envahisseurs et celle des résidents de plus longue date du comté.  Ces derniers sont tous de grand fervent Galléonites, ou du moins le prétendent avec vigueur et conviction.  Les autres occupants sont animés par  une palette de croyance beaucoup plus complète.  La majorité de la population est cette démoniste, mais cette majorité n’est ni élevée ni dogmatique.  Au nord, quelques petites communautés sont tournées vers les esprits et ne se soucie que peu des dieux et des démons.  Au sud, de Twyden, arrivent périodiquement des aventuriers, des parias et même des pèlerins.   La frontière sud est donc très Adénite, un qualificatif dangereux depuis le changement de régime.

Magie

À définir

Fêtes

  • À définir

Relations avec les autres territoires

À définir